Les brûlures de l’été à Ecully. Etat des lieux d’Ecully-lez-béton

Plein Centre Ville
Plein Centre Ville. Un permis parmi bien d’autres…

En ces temps de fortes chaleurs, il faut non seulement se protéger du soleil mais aussi des politiques qui brûlent d’ambitions uniquement personnelles.

Au fil des articles de ce blog, ont été abordés des sujets importants à propos de la gouvernance de la commune dont voici en rappel un bref résumé à  ajouter aux lectures de l’été et aux interrogations de la rentrée :

 

 

-L’ AVALANCHE DE PERMIS DE CONSTRUIRE :

les logements cachés derrière Eugénie...en plein centre ville
les logements cachés derrière la belle  Eugénie…en plein centre ville (41 logements après démolition prochaine de la demeure ci dessous). Ecullois réveillez vous !

photo 5-3

Démolition prochaine de cette demeure pour laisser place aux promoteurs. On bétonne à « Ecully-Village »…Adieu le Village.

-la dernière campagne municipale avait parmi ses thèmes et discours la préservation « d’Ecully-village ». Rien que des mots et des maux dont il est possible de constater les conséquences présentes ou très prochaines. Les politiques n’appréciant pas la présence de grues ou de chantiers en période pré-électorale il fallait pour les candidats préserver un code de bonne conduite jusqu’aux urnes : Ecully devait garder son caractère village… Election passée, très grande place est laissée aux promoteurs qui construisent l’avenir bétonné d’Ecully. Pour preuve les nombreuses déclarations de travaux affichées en parfaite contradiction avec le programme de campagne sur le principe bien connu que « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ». Au fil des trottoirs les citoyens sont surpris et s’inquiètent : beaucoup d’autres questions se posent : plan d’urbanisme ? infrastructures ? circulation, parkings privés et publics, stationnement ? Quelles prévisions  et pourquoi tant d’imprévus ?

-DEMISSION DE L’ADJOINT à L’URBANISME :

Début juillet la Presse locale a informé les écullois de la démission de l’Adjoint à l’Urbanisme. Faut-il se contenter de cet article de presse et de sa version très officielle pour connaître les raisons réelles de cette démission ?

-LE BUDGET :

Le conseil municipal de mars 2015 a été consacré aux finances avec d’une part le compte administratif 2014 (le résultat de l’exercice 2014), et le budget primitif (le budget prévisionnel 2015)

En synthèse les points importants à retenir sont :

POUR LES DEPENSES
Une croissance des frais de fonctionnement de 7,7 % c’est la première année depuis bien longtemps que nous assistons à une telle dérive.
Le détail de ces frais montre une croissance des charges à caractère général (frais de fonctionnement) de 12,9%
Des frais de personnel qui augmentent de 5,4%
Des autres charges de gestion (subvention aux associations) 3,4%

POUR LES RECETTES
Une diminution des recettes de 6,5%, cette diminution des recettes étant principalement la conséquence de la diminution des dotations de l’état.

Ce budget met en évidence l’incapacité de la municipalité à faire des économies alors que nous savons que les recettes diminuent et vont continuer à diminuer notamment les dotations de l’état.
Les conséquences sont à court terme une augmentation de la fiscalité car la commune ne sera plus en mesure de financer ses frais de fonctionnement.
L’autofinancement étant en forte diminution voire nul très rapidement, il faudra soit limiter les investissements soit avoir recours d’une façon massive à l’emprunt.

Visiblement l’équipe municipale n’a pas pris la mesure des nouveaux enjeux économiques.

– LA TECHLID :

ECULLY et TASSIN se sont retirées de la TECHLID pour des raisons officielles très obscures et éloignées de la vérité, dont les conséquences ne seront pas négligeables pour ces communes. Il semble bien que cette décision non pertinente d’Ecully soit uniquement  liée (comme le suppose l’opposition dans son questionnement)  au fait non avoué de n’avoir pu en obtenir la Présidence : ainsi vont les décisions politiques nombrilistes sans préoccupation des répercutions sur l’emploi et l’économie. 

-LA METROPOLE :

Ecully et la Métropole : pour le moment a été passée sous silence dans le bulletin d’information « Ecully Magazine » le fait que les élus de la Métropole ont bénéficié d’une augmentation que l’on peut estimer excessive de leur indemnité. Pour rappel le texte intégral de la rubrique Focus (bien nommée) d’Ecully Magazine…

« Métropole :Ecully dit NON à l’augmentation des impôts !

A l’occasion du vote du budget de la Métropole de Lyon, le 26 janvier dernier, les deux conseillers communautaires d’Ecully, Yves-Marie Uhlrich (UDI) et Agnès Gardon-Chemin (UMP), ont voté contre la hausse de 5% des impôts métropolitains. « Cela pénalise nos concitoyens,qui,dans leur majorité subissent déjà une baisse de leur pouvoir d’achat » martèle le Maire. »

Dans cet article, il est fait abstraction par les élus intéressés de l’augmentation de 20% de leur indemnité qu’il est préférable de passer sous silence aux citoyens. Jeu de cash-cache politique qui n’augure rien de bon pour la représentation de la commune à la Métropole.

-LA VRAIE-FAUSSE INAUGURATION DU CENTRE CULTUREL :

Dans la précipitation désordonnée de fin de mandat et pour raison électorale, avait été décidée une inauguration qui cachait la réalité de travaux inachevés. Aux yeux du public a été occultée lors de cette inauguration la non-rénovation du bâtiment dit « La chevalerie » faisant  partie intégrante de l’ex-Maison de la Rencontre qui reste gravement délabrée et à reconstruire c’est à dire  plus de 300 m2 qui font actuellement cruellement défaut aux associations. Désormais ce complément important de rénovation nécessitera un chiffrage  et une inscription dans le Budget communal, mais nos élus responsables ne se précipitent pas pour faire connaître l’ampleur de cette dépense supplémentaire. Sur un  plan plus général, le débat d’orientation budgétaire n’ayant été qu’une approche trop superficielle et imprécise des réalités, le pire est à craindre quant à la bonne gestion financière de la commune dans ce présent mandat.

-COMMUNICATION :

Absence de communication intelligente par voie d’affichage : il suffit de constater la banalité des affiches et leur composition sur l’été à Ecully… Depuis des mois l’indigence demeure et ces campagnes d’affichage sous la responsabilité du maire ont un coût non négligeable dont voudraient bien se passer les contribuables.

Très difficile sur cette commune d’avoir un affichage sur les évènements, la priorité en haut lieu étant politique personnelle avant tout. Même remarque pour les publications, enquêtes de toutes sortes  à grands renforts d’impressions, de distribution très coûteuses et n’ayant trop souvent qu’une finalité politique cachée. Il serait intéressant de connaître le coût réel de l’ensemble des budgets de communication car il semble bien que d’importantes économies pourraient être faites tout en instaurant une meilleure efficacité.

-LE FlEURISSEMENT et la course folle  à la 4ème fleur dans n’importe quelles conditions, dont:

-le coûteux et absurde choix de buis alors que le risque de maladie (pyrale) était connu et oblige à leur remplacement,

-le choix de plantations de plantes annuelles au lieu de vivaces qui restent en trop faible proportion et permettraient une sérieuse économie tout en préservant la qualité du fleurissement.

Economie est un bien vilain mot pour nos élus politiques….qui ne veulent pas l’entendre ni l’appliquer. Les citoyens aimeraient connaître le vrai chiffrage du coût annuel fleurissement prenant en compte toutes les fournitures et l’entretien (frais de personnel compris incluant  matériel, véhicules, arrosage, produits phytosanitaires, engrais, etc).

CONCLUSION : Sur un plan général de la gouvernance despotique actuelle, de la gestion financière et de l’ensemble des carences, le citoyen peut légitimement s’inquiéter des dérives présentes et à venir. Il est bien connu que  » la politique n’est pas de résoudre les problèmes mais de faire taire ceux qui les posent ». Dans ces conditions, PAS SURPRENANT QUE LES CITOYENS SE DETOURNENT DE LA PAROLE POLITIQUE.

Ne tombez pas dans le panneau…ni dans le pot

INVITATION à longer le mur de la mairie direction médiathèque :  vous constaterez l’état de délabrement du panneau d’affichage des publications officielles qui n’a pas résisté à l’usure du temps et reste tombé dans l’oubli de nos élus depuis de nombreuses années. Encore un bel exemple des déficiences de moyens à disposition du personnel pour une bonne qualité de communication.

panneau des publications officielles de la mairie
panneau des publications officielles de la mairie remplacé depuis la rentrée…Probablement un effet de ce blog et de ces photos éloquentes ??
La rouille le gagne
La rouille le gagne
aucune tenue...
aucune tenue…

 

Et à quelques pas… un exemple du bon entretien de la commune. Faut il continuer à courir et concourir pour une 4ème fleur ?

Nos élus » mégottent » sur l’entretien. (photo prise ce mardi 7 juillet après-midi)IMG_2454

FOCUS METROPOLE… On s’inscrit en faux…

Ecully Magazine de Mars 2015 :

Ecully dit NON à l’augmentation des impôts ! Voici le texte qui figure page 7 sur le bulletin municipal Ecully Magazine.

A l’occasion du vote du budget de la Métropole de Lyon, le 26 janvier dernier, les deux conseillers communautaires d’Ecully, Yves-Marie Uhlrich (UDI) et Agnès Gardon-Chemin (UMP), ont voté contre la hausse de 5% des impôts métropolitains. « Cela pénalise nos concitoyens,qui,dans leur majorité subissent déjà une baisse de leur pouvoir d’achat » martèle le Maire.

Dans cet article, il est fait abstraction par les élus intéressés de l’augmentation de 20% de leur indemnité qu’il est préférable de passer sous silence aux citoyens.Jeu de cash-cache politique qui n’augure rien de bon pour la représentation de la commune à la Métropole. 

 

 

 

En quête de quoi ?

photo 3-1Pour faire mine d’impliquer les citoyens, une enquête de plus à propos du Centre Culturel par le biais d’un questionnaire papier qui encore une fois ne sert qu’à faire monter les dépenses de communication inutiles et finira dans les poubelles. Comment croire à l’objectivité de ce genre d’enquête suivie d’un dépouillement très intimiste et d’une analyse soumise au dictat de quelques élus majoritaires, à leur interprétation politiquement  très personnelle ? Cette enquête rejoint toutes les précédentes où les élus sont à la fois juges et partie. Il faut mettre fin à ces mascarades.

Pour rappel, le Livre Blanc et l’Atelier Ecully 2020 pour la Culture restés sans effet et contribuant au gâchis de papier, aux coûts d’impression et de distribution.. La politique culturelle doit émaner d’une équipe concernée avec une adjointe entendue.L’enquête actuelle est un « flicage » des animateurs du Centre Culturel dont les moyens sont limités à l’indigence des orientations et des moyens mis en oeuvre pour le bon fonctionnement d’un outil culturel de 4millions d’euros resté inachevé. Lors de son inauguration précipitée à la veille d’échéance électorale, a été occultée la partie non rénovée du bâtiment dit de la Chevalerie, faisant cruellement défaut aux associations, soit plus de 300 m2 insalubres qu’il faudra bien décider un jour de reconstruire. Au son des trompettes lors de l’inauguration, ce n’était pas celles de la renommée de l’ex-maison de la Rencontre. Le constat actuel est déplorable, le fait d’avoir supprimé de nombreuses options lors de sa rénovation partielle, le Centre Culturel a été privé d’une toiture végétalisée, de la climatisation du hall d’accueil, salle exposition, salles dédiées aux associations, bureaux  avec pour conséquence un inconfort notoire pour les utilisateurs et les personnels. Seule la salle de cinéma est climatisée. Le projet architectural d’origine a subi des modification inadaptées et des occultations de la vérité imposées en haut lieu lors de l’inauguration, à la veille d’échéance électorale. Dans le budget très flou du présent mandat, il faudra prendre la décision de rénovation de la partie inachevée,  mais pour le moment le coût réel reste caché et non projeté, l’indécision étant flagrante et de mise dans l’équipe majoritaire actuelle.

On nous enfume… à Ecully

AVEUGLEMENT VÖTRE
AVEUGLEMENT VÖTRE

Rideau de fumée de la part de nos élus majoritaires restés muets par exemple en conseil municipal à propos d’une enquête publique concernant la réalisation d’une station de désenfumage du tunnel de La Duchère en zone EBCespace  boisé classé- avenue de Verdun à Ecully. L’enquête publique s’est déroulée du5/11/2014 au 5/12/2014 à propos d’une demande de mise en compatibilité de cette station de désenfumage avec le PLU (Grand Lyon- arrêté communautaire du 22/09/2014). L’emprise de cette station contraint à un projet de déboisement de 3000 m2 pour une construction d’un bâtiment de 10 mètres de hauteur + 3 mètres de cheminée. Il est écrit que cette station ne fonctionnera qu’en cas d’incendie mais ne faut il pas craindre une dérive en cas de pic de pollution ?

Sur la commune l’affichage de l’annonce de cette enquête est resté très discret, se contentant des dispositions strictement réglementaires, dont bref article dans le bulletin municipal du mois de septembre dernier (page 9). Le résultat est la faible mobilisation des riverains  et des écullois (seulement 4 observations sur le registre d’enquête !!!).

A ce propos de discrétion, une remarque du rapporteur du Grand Lyon dans ses observations retient l’attention :« Dans ce contexte, on peut regretter que le panneau lumineux municipal n’ait pu fonctionner sur la période de l’enquête. « 

Cette remarque rejoint les observations déjà  faites sur le manque de communication et d’information plus ou moins volontaires de la mairie : le vieux et désuet panneau du centre ville  à la luminosité vacillante et presque en voie d’extinction a été bizarrement déclaré en impossibilité de fonctionner quand il fallait faire passer cette information importante. Une preuve de plus de ce manque de lisibilité qui écarte le citoyen des réalités de la vie communale.

Démission de l’adjoint à l’urbanisme, une première fissure

Première fissure sur les fondations de l’équipe majoritaire :

M.Lardy adjoint à l’urbanisme vient de remettre sa démission relayée hier dans un article de presse. Faut il se contenter de la version très officielle de cette démission ?

Ecully ne sera plus un village… 400 nouveaux logements et +

Domaine La Forestière
Domaine La Forestière   69 logements

Contrairement à toutes les annonces officielles notamment en campagne,

Ecully ne sera plus un village. Plus de 400 nouveaux logements en cours

Faîtes la découverte des programmes, et ajoutez un récent programme d’immeuble chemin du Chancelier (16 logements)

Chemin du Chancelier
Chemin du Chancelier 16 logements

 

 

 

Chemin du Chancelier
Chemin du Chancelier 55 logements

 

Le Pérollier
Le Pérollier 82 logements
Chemin du Randin
Chemin du Randin 108 logements

 

Plein Centre Ville
Plein Centre Ville, demeure en voie de démolition pour programme 41 logements

 

photo 4-3

 

Projet Le Patio d'Ecully (derrière actuelle façade magasin Casino centre ville
Projet Le Patio d’Ecully. 4 immeubles
(derrière actuelle façade magasin Casino centre ville)

 Vues partielles des programmes en cours (plus de 400 logements avec les autres chantiers…. tout est permis…)  Contrairement à ce qu’on vous a fait croire encore très récemment Ecully ne restera pas un village. Et les infrastructures ?? Parkings, entrées et sorties d’immeubles, circulation, aucune communication ni projection d’avenir sur ces points très importants. La période électorale maintenant passée, les grues vont réapparaître. 

Budget….à charges. Les dérives budgétaires de la gouvernance actuelle.

Le conseil municipal de mars 2015 a été consacré aux finances avec d’une part le compte administratif 2014 (le résultat de l’exercice 2014), et le budget primitif (le budget prévisionnel 2015)
En synthèse les points importants à retenir sont :

POUR LES DEPENSES
Une croissance des frais de fonctionnement de 7,7 % c’est la première année depuis bien longtemps que nous assistons à une telle dérive.
Le détail de ces frais montre une croissance des charges à caractère général (frais de fonctionnement) de 12,9%
Des frais de personnel qui augmentent de 5,4%
Des autres charges de gestion (subvention aux associations) 3,4%

POUR LES RECETTES
Une diminution des recettes de 6,5%, cette diminution des recettes étant principalement la conséquence de la diminution des dotations de l’état.

Ce budget met en évidence l’incapacité de la municipalité à faire des économies alors que nous savons que les recettes diminuent et vont continuer à diminuer notamment les dotations de l’état.
Les conséquences sont à court terme une augmentation de la fiscalité car la commune ne sera plus en mesure de financer ses frais de fonctionnement.
L’autofinancement étant en forte diminution voire nul très rapidement, il faudra soit limiter les investissements soit avoir recours d’une façon massive à l’emprunt.

Visiblement l’équipe municipale n’a pas pris la mesure des nouveaux enjeux économiques.