Ecole Maternelle de Grandvaux : Pétition adressée au Maire

IMG_2956Pétition des parents d’élèves de l’école maternelle de Grandvaux à l’attention de la mairie d’Ecully

 

Remplacement de l’ATSEM

******************************************************
« Depuis le début de l’année scolaire la classe de petite section n’a plus d’ATSEM.
Renseignements pris en la mairie par un parent, M. le Maire a émis une directive pour que cette absence ne soit pas remplacée.
Outre le fait que la classe de petite section est probablement celle nécessitant le plus la présence d’une ATSEM, cela a pour conséquence de désorganiser complètement le fonctionnement de l’école maternelle, et engendre des répercussions sur les 3 classes.
Nous  réclamons donc que ce poste soit remplacé dans les plus brefs délais. »

La situation provisoire actuelle (sous prétexte d’economie)sans nouveau recrutement  de personnel ATSEM dédié, qualifié, stable et suffisant ne pouvant se prolonger indéfiniment sans perturber gravement les enfants, leur sécurité et le bon fonctionnement des classes. Sur le plan budgétaire de la mairie, n’y aurait il pas d’autres économies plus judicieuses a faire dans son fonctionnement et  en mettant fin  a la course couteuse a la 4eme Fleur qu’il serait bon de chiffrer très exactement en tenant compte de tous les paramètres ?

 Fonctions et rôles des ATSEM:directives de l’Education Nationale 

Les ATSEM sont des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles. Ils ont un rôle prépondérant dans la vie quotidienne des élèves.

Ces agents sont chargés de l’assistance au personnel enseignant pour la réception, l’animation et l’hygiène des très jeunes enfants, ainsi que de la préparation et de la mise en état de propreté des locaux et du matériel servant directement à ces enfants. Ils participent à la communauté éducative et sont de vraies références fixes pour les enfants tant sur le plan affectif que social.

Ces professionnels de la petite enfance assument une triple fonction éducative, pédagogique et d’entretien. Leur rôle est complémentaire de celui des enseignants et les tâches qu’ils assurent sont essentielles au bon fonctionnement des écoles maternelles. Il s’avère souvent nécessaire de préciser la répartition des rôles et des tâches (enseignant, directeur, ATSEM) dans le respect des missions de chacun.

Situation détaillée de la classe de Petite Section a Grandvaux:

-depuis le 24 Août l’ATSEM de la classe de Petite Section (PS) est en arrêt maladie. En conséquence le ménage est assuré par la personne en charge des communs (qui le prend en supplément sur son temps de travail) ainsi que la charge de la classe. Ce cumul fait que l’entretien, la propreté  du local de la classe (toilettes et sols), l’assistance aux élèves  ne sont plus assurés dans des conditions satisfaisantes.

Pour le temps de classe, aucun personnel n’a été affecté. En date du 28/9 c’est un agent responsable des activités periscolaires qui assume provisoirement le créneau 8H20 à midi sans pouvoir (pour raisons médicales) effectuer les travaux de ménage, nettoyage des tables  etc habituellement du ressort de l’ATSEM. Cette situation transitoire ne peut perdurer.

Pour le temps de midi  et périscolaire, il y a eu un renforcement de l’équipe d’animateurs, mais pas d’animateur dédié a la PS. Les enfants de la PS ne beneficient donc pas de la même présence affective que les élèves des deux autres classes.

Pour la sieste et le lever, ce sont les 2 ATSEM des autres  classes et la directrice/maitresse de la PS qui se chargent de cette tâche.

L’ATSEM  a un rôle essentiel pour les tout petits : il est important qu’ils voient la même personne référente le matin, a la cantine, et pour la sieste et la garderie. Cette stabilité est essentielle pour leur sérénité et leur faire aimer l’ecole. Dans le cas présent on constate un manque évident d’ATSEM et il n’est propose aucune solution pérenne mais uniquement des déplacements de tâches et des surcharges excessives a risques  pour combler les manques de personnel.

En conclusion : dans le cas présent la mairie ne se préoccupe pas de ces aspects fondamentaux, la préférence étant le non- remplacement du personnel qualifié manquant.  En réalité pour la gouvernance municipale actuelle peu importent les désagréments pour les élèves et les parents….

Les grands vides

La vraie-fausse inauguration du Centre Culturel : bâtiment dit « La Chevalerie » (ex-maison de la Rencontre) : 300 m2 non rénovés qui font défaut au bon fonctionnement. Lors de l’inauguration officielle en période pré-électorale cet aspect a été volontairement caché aux citoyens pour minimiser le coût réel…à venir qu’il faudra inscrire aux prévisions budgétaires actuelles. Pour le moment, l’entrée de ce bâtiment laissé à l’abandon est  » d’accès interdit au Public ».

Réchauffement climatique : inciter à la réalisation de toitures végétalisées dans les nouvelles constructions (Développement durable-agenda 21). Engagement non respecté au nouveau Centre Culturel qui s’est soldé par l’abandon de réalisation de toiture végétalisée initialement prévue dans le projet de rénovation de l’ex-Maison de La Rencontre. Un abandon préjudiciable et incohérent, en totale contradiction avec ce qui avait été initialement prévu par l’ensemble « économiste-architecte ».

Parole ou parabole…

Extrait article de presse Le Progres 

Florence Asti-Lapperrière et ses colistiers ont, à maintes reprises, demandé la retranscription de toutes leurs interventions au conseil municipal. Yves-Marie Uhlrich a donc répondu positivement à cette demande. « Je prends acte que vous souhaitez une stricte application de la réglementation, que vous avez votée le 1er juillet 2014, et qui s’appliquera donc jusqu’à la fin du mandat actuel. » Pas certain que les élus d’opposition soient gagnants à 100 %. Car l’édile a cité quatre des articles du dit règlement, parmi lesquels celui fixant le temps de parole des élus avant le vote des délibérations. « J’accorde la parole à chaque groupe qui le demande, et détermine le temps de parole estimée, qui ne doit pas excéder cinq minutes, sauf sur des dossiers importants tels que le budget. Je reprends ensuite la parole et passe au vote. En cas de trouble, je peux retirer ce temps de parole. »

A la lecture de cet article on se demande où est placée la démocratie. Le maire se réserve tous les droits dont celui de couper ou  retirer la parole aux intervenants sous des prétextes qui lui seront sans aucun doute très personnels et égocentriques conformément à ses habitudes. Pourquoi maintenir un conseil municipal sans acceptation de débat et en jouant uniquement la montre dans le seul  but d’évincer certaines observations, questionnements et vérités qui pourraient aussi venir de l’opposition constructive ? Opposition qui a comptabilisé près de 35% des voix aux élections municipales 2014.

 

Le débat d’orientation bidon (D.O.B)

Le DOB 2015: « débat d’orientation budgétaire » ou autrement dit  : débat d’orientation « bidon » tel qu’il a été présenté en début d’année.  La présentation en Conseil municipal a été désastreuse par ses imprécisions sans chiffrage ni projets précis. Le pire est à craindre pour la gestion du Budget. Probablement des dérives financières à suivre avant le naufrage et le renflouement futur par une augmentation des impôts et le recours a l’emprunt ?

Au titre des augmentations d’impôts, le constat fait avec ce qui s’est passé à la METROPOLE n’est pas rassurant:

Le maire qui s’est élevé (dans un article d’Ecully Magazine) contre l’augmentation des impôts décidée en première séance de la Métropole, s’est bien caché de dire qu’au cours de la même séance les élus métropolitains se sont octroyés une augmentation de 20% de leur indemnité dont il profite également. Ce n’est certainement que la première feuille du millefeuille métropolitain bien indigeste qui n’augure rien de bon sur des conséquences au plan communal, les mauvaises habitudes de nos élus étant prises et renouvelables à l’infini.

IMG_2834
Le débat d’orientation bidon

 

En campagne Ecully était un village…

Préservation d’Ecully-Village, un des arguments lors de campagne municipale. Des panneaux fleurissent en de nombreux endroits de la commune pour annoncer les programmes de construction. Il faut cesser de faire croire qu’Ecully restera un Village, arguments mensongers (contraires aux dispositions de l’Agenda 21 publié sur site internet de la ville) strictement politiques ou réservés aux promoteurs. Plus de 400 nouveaux logements en cours ou programmés à des prix flambants neufs écartant les jeunes accédants à la propriété ou à la location. Le vieillissement de la population éculloise se poursuivra…

Plein Centre Ville Programme immobilier en lieu et place de cette demeure
Plein Centre Ville, 
Un cas (parmi de nombreux autres) de programme immobilier en lieu et place de cette demeure

Bac et angles

Des Angles et des Bacs….Un réaménagement partiel détourné de la place du 18 Juin certainement défendu Bec et Ongles par nos élus pour les situations de handicap et personnes à mobilité réduite… mais pas moins de 7 virages à angles droits et en pente à négocier avant d’atteindre la base. Et dans l’autre sens en direction du Centre ville, une remontée beaucoup trop longue cassée par ces défilements angulaires. Comment comprendre un tel projet  , véritable labyrinthe qui ne tardera pas à être le préféré des skate-boarders. Les normes ne permettant pas une pente supérieure à 4%, on en arrive à cette réalisation absurde mais en se creusant un peu la tête il y avait certainement mieux à faire. A cet emplacement,  à la suppression des pas d’âne succède la réalisation d’une belle ânerie dont il serait souhaitable d’en connaître le prix.  On passe d’un excès à l’autre lorsqu’on chemine jusqu’à la rampe impraticable de la pharmacie toute proche illustrée par la 3ème vue, à l’inclinaison d’un véritable toboggan.

Dernière minute : Ecully Magazine de Septembre annonce un coût de 160000 Euros…. pour cette nouvelle déambulation paysagère.

IMG_2819 IMG_2826IMG_2820

Indemnités mensuelles LYON-METROPOLE et votre imposition

Selon les chiffres rapportés par Le Progrès, « le président touchera 4888 € bruts mensuels, les 25 vice-présidents gagneront 2675 €, les 24 membres de la commission permanente percevront 2444 €. Enfin, les 115 conseillers seront rémunérés à hauteur de 1300 € bruts par mois.
Pour ces derniers, l’indemnisation a été alignée sur celle des conseillers municipaux lyonnais. En avril dernier, lors du conseil d’installation du Grand Lyon après les élections municipales, les indemnités brutes mensuelles ont été fixées à : 4485,73 € pour le président, 2242,87 € pour les 25 vice-présidents et les 6 conseillers délégués membres du Bureau et 1064,41 € pour les 130 autres conseillers communautaires. »

Et certains cumuls sont toujours possibles… par exemple mandat de Maire et indemnité précitée.

Une réflexion s’impose : Economies où êtes vous ? La réalisation de L’hôtel de Région a coûté 140 Millions d’Euros et pour les coûts de son fonctionnement c’est le silence (38000 m2 de bureaux). Certainement pas « tous pourris » nos politiques mais vraisemblablement « trop nourris ». Quant à l’obligation de présence et d’éventuelles sanctions pour absences, la situation reste très floue et on peut douter de son improbable application, comme cela se passait pour les délégués au Grand Lyon. Faire une courte apparition en se contentant de pointer pour enregistrer une présence ou une preuve d’assiduité provoque un grave déficit de représentation et d’action pour une commune.

L’annonce de l’augmentation des indemnités versées aux conseillers métropolitains (+ 20% par rapport à ce qu’ils touchaient en tant que conseillers communautaires Grand-Lyon) à l’occasion de la création de la Métropole de Lyon a provoqué de vives réactions de la part de plus de 43000 signataires d’une pétition s’opposant à cette décision.  Lors de la même séance une augmentation des impôts locaux de 5% (qui devrait se traduire en finalité par 8%) pour les contribuables de la Métropole a été votée. Et on fait croire à des économies, à des réductions d’impôts, à la non augmentation des impôts… Il est temps de surveiller vos impositions… et l’utilisation qui en est faite sur les plans métropolitains et communaux.

Sur le plan communal :

Pour une commune de moins de 20000 habitants telle qu’Ecully, l’indemnité du maire est de l’ordre de 2490 euros mensuels + le montant de conseiller métropolitain auxquels il convient d’ajouter les nombreux avantages induits. Ce qui peut expliquer la course aux mandats successifs et excessifs… malgré l’usure du temps actuellement  perceptible au niveau de la gouvernance de la commune avec des élus majoritaires bien divisés à tous points de vue.

Surchauffe à propos de l’agenda 21

A lire sur le site internet de la commune : dispositions de l’agenda 21  » lutter contre le réchauffement climatique en incitant à la réalisation de toitures végétalisées dans les nouvelles constructions ». Propos à simple effet d’annonce car non respecté : pour exemple flagrant, la toiture du Centre Culturel. Lors du projet de rénovation, avait été prévue la couverture végétalisée du hall d’accueil. Option bien vite supprimée en haut lieu administratif de la mairie sans tenir compte du développement durable pourtant inscrit dans l’Agenda 21. Conséquence : cet été le hall d’accueil a été en surchauffe excessive à risques nuisant au confort du personnel, des usagers et des visiteurs. 

Ecully accueille…

IMG_2441

Bâtiment l’ORANGERIE (Patrimoine cher aux écullois)…

Après avoir passé le seuil de cette « coquette façade » siège d’écully-accueil Place du Marché vous serez bien accueillis. Ces murs dégradés par le temps, témoins du peu de préoccupation de la gouvernance actuelle pour la qualité de l’environnement  déjà fortement compromis avec les très nombreuses constructions de logement qui surprennent et interpellent les écullois sur le maintien annoncé en campagne électorale (et bien vite oublié) de l’aspect Village. L’usure du temps se fait aussi sentir pour certains sur ce 3ème mandat. Mandature  marquée par la récente démission de l’adjoint à l’urbanisme pour des raisons officielles vraisemblablement très éloignées de la réalité et démontrant  » l’improbable cohésion de façade » d’une équipe dite majoritaire gravement fissurée par cette rupture.