Ecully : le chemin de Charbonnières, celui de la discorde…

 

Vers une fermeture définitive du Chemin de Charbonnières?

Un blocage de la situation par le maire qui n’a pas voulu retenir la proposition d’aménagement de la Métropole, sous prétexte qu’il s’oppose à la construction de mur béton pour retenir l’affaissement de talus….  il a pourtant  accepté en de nombreux endroits un bétonnage excessif de la commune par des promoteurs qui se régalent de cette situation et de permis délivrés avec trop de bienveillance…  Extrait d’une question  posée par voie de presse à propos de la fermeture du chemin (Le progrès du 18/12/17 ) par un des nombreux usagers de cette voie : « le maire demeure chemin de Charbonnières… c’est une privatisation abusive… ». Point de vue personnel d’un usager certainement excédé (comme tant d’autres) de constater l’immobilisme d’un maire privilégiant sa tranquillité personnelle et ne tenant aucun  compte de la dangerosité de la situation, du report de circulation sur les autres axes dont ceux des communes voisines avec les risques augmentés d’accidents.  Suite à cet immobilisme  et comme déjà mentionné à de nombreuses reprises chaque usager qu’il soit piéton, cycliste ou automobiliste peut observer qu’ aux heures de pointes, de trafic scolaire et autres, Ecully s’asphyxie dans tous les sens du terme et se paralyse, ce qui n’est pas sans impact sur la qualité de vie et l’activité commerciale d’un centre ville très en déclin. Désolant de voir l’équipe d’élus « ramollie » soumise à l’inefficacité d’un maire  et aussi  incapable  que lui de débloquer cette situation qui dure, perdure depuis plus d’un an, la fermeture du chemin remontant à novembre 2016….

 

Autre discorde : la construction d’un immeuble de 80m de long et 12 m de hauteur (R+7, 140 logements) très justement controversée dans le parc de la résidence de Charrière Blanche. Cette construction impacte directement des résidents établis de longue  date  désormais contraints à subir un futur vis-à-vis excessivement proche de leurs fenêtres et occultant l’espace vert qui existait entre leur immeuble et les bâtiments de l’Ecole Centrale: leur cadre de vie est définitivement détruit. Sur un terrain de 12000 m2 il y avait certainement un autre choix d’implantation à faire: comme cela avait été envisagé et annoncé il eût été préférable d’attendre le très prochain PLU-H pour faire un choix plus judicieux et concerté, mais préférence sournoise a été donnée à une précipitation brutale et favorable au promoteur lui autorisant les travaux sans attendre alors qu’une pétition s’élevait contre ce projet de construction.  Pourquoi cette précipitation ? Quelles en sont les réelles motivations ? Comment réagiraient certains élus  privilégiés  s’ils se trouvaient dans de semblables conditions et situation sous leurs fenêtres…. auxquelles s’ajoutent les  fortes et inquiétantes nuisances de chantier actuelles ?

Une grande satisfaction en cette fin d’année : il est constaté que les lecteurs de ce blog sont de plus en plus nombreux et actifs: qu’ils en soient remerciés.

Une inquiétude : par exemple à propos de la distribution localement refusée  du « Petit Paumé » : sous des prétextes très discutables la distribution annuelle de ce travail très intéressant, très utile, réalisé depuis sa création par les étudiants de l’EM Ecully n’a pu être autorisée cette année ni en mairie ni à la médiathèque, ni au Centre Culturel. La mairie sous pression et tendances personnelles de certains élus ne se dirige t-elle pas progressivement vers une forme de censure ? Ecully semble bien être la seule commune ayant fait obstruction.