En actualité à Ecully :

Le bétonnage se poursuit au centre ville sous prétexte de construction d’une maison de la famille au parc des Cèdres…Pour les habitants des immeubles récents (Villa Eugénie), une construction à l’aplomb de leurs balcons et fenêtres, ce que ne laissaient pas présager les beaux documents publicitaires ouverts sur la nature lors de leur mise en vente… Passants, constatez cette nouvelle construction, son emprise, dans un parc pourtant suffisamment vaste pour offrir une autre implantation. Depuis plusieurs années il faut remarquer qu’en mairie on poursuit une politique de densification sauvage et anarchique  avec toutes les conséquences à craindre : destruction du cadre de vie, imperméabilisation des sols couverts par le béton, survie bien compromise d’arbres ayant subi des coupes importantes de branches et racines. Encore un exemple de ce qu’il ne fallait pas faire.

La maison de la famille en construction

A l’aplomb des fenêtres et balcons…

 

Sur les mauvais chemins :

Chemin de Charbonnières

Tout le monde  peut constater que ce chemin reste interdit à toute circulation depuis Novembre 2016. Aucune décision à attendre avant plusieurs mois contrairement aux annonces qui prévoyaient une réouverture à la fin de cet été…. en conséquence l’automne ne fera pas chuter les nombreux panneaux qui barrent ce chemin. Avec un maire peu entendu, souvent en conflit à l’intercommunalité et se contentant de faire de la figuration à la Métropole il ne faut pas attendre un déblocage rapide de la situation.

 

Chemin de Charrière Blanche

Chantier en cours. Les murs montent… détruisant qualité de vie, calme et espaces naturels de respiration pour les habitants de la résidence Charrière Blanche dont les appartements se retrouvent en vis-à-vis excessivement proches. Une urbanisation bien sauvage…

Quel devenir pour Ecully? Ecully de plus en plus déshabillée de sa végétation au profit des promoteurs. Où est la notion de « village préservé » si souvent prônée par le maire et son équipe? Le mal est fait, la situation est irréversible, il faut s’attendre au pire.

Chemin faisant….Les « gabions »…. Place de la mairie : de vilains bacs grillagés à la présentation et au contenu très décevants : encore une dépense pour une tentative de fleurissement au résultat insignifiant pour ne pas dire « nul ». Depuis des années beaucoup d’erreurs et dépenses inutiles sous prétexte de course aux « prix fleuris ».

 

Des nouveaux décors : Faudra t-il supporter ce type de décor « zone »ci-dessous remarqué sur une façade de centre ville dans une copropriété récente ? Balcons « débarras » et occultés….

Et un ancien décor patrimonial toujours existant :

que va t-il devenir? Que cache cette non-intervention de la mairie sur ce « pavillon »en véritable souffrance et délabrement place du Marché …. Une bien vilaine vision des locaux réservés à l’accueil des nouveaux arrivants et des anciens.

Le commerce écullois en désertion : dernière fermeture en date : l’enseigne « La Vie Claire ». Un constat : survie bien compromise sur la commune pour les commerces. Ecully, commune inanimée de plus en plus « dortoir » et vieillissante dans l’indifférence des élus responsables.

A Ecully la vie n’est pas claire mais bien cachée, il suffit de constater les compte-rendus de Conseil municipal affichés (panneaux mairie) avec des caractères si petits qu’ils en sont illisibles, volonté de l’exécutif de ne pas rendre compte à la population.

 

 

Ecully ou Ecullits?

Maintes fois constaté en public  et dans la presse : l’endormissement et le déclin d’Ecully, les erreurs de la gouvernance actuelle qui handicapent l’avenir.

En conclusion : Ecully va t-elle se contenter de devenir Ville dortoir ? Faudra t-il la rebaptiser « Ecullits »?

  • Immobilisme : nos élus de la majorité se complaisent dans une attitude de piétinement qui plonge la ville dans nombre de questionnements sans apporter de solutions ni objectifs d’avenir. De l’avis de beaucoup de citoyens rencontrés, l’obscurité entretenue à la lecture de la présentation du DOB et de l’adoption du Budget entretient des inquiétudes à propos du bilan final dont le solde risque de ne pas être aussi positif que les annonces de bonne gestion sans cesse renouvelées sur des bases floues et douteuses. A remarquer : par la cession de terrains ou de biens communaux 7,5 millions d’euros ont été engrangés et participent à une présentation favorable de gestion. Mais sur le fond, cette chasse aux trésors de plus en plus active qui dilapide le patrimoine écullois ne cache t-elle pas un équilibre de budget précaire?
  • Le chemin de Charbonnières : fermé à la circulation depuis Novembre 2016. Réouverture envisagée dans quelques mois ? possible grâce à la présentation d’une solution proposée par une association très active (Les Amis du Bois de Serres) qui a présenté un projet issu du bon sens et des exemples réalisées par ailleurs depuis de nombreuses années pour lutter contre l’affaissement de talus. Ce projet est venu au secours de nos étriqués élus majoritaires en mal de réflexion et d’imagination: il offre la solution la moins coûteuse à la retenue des terres consistant en la pose de grillages ancrés dans les talus et recouverts au fil du temps par la végétation naturelle. Félicitations à cette association qui obtiendra probablement une bonne écoute de ce projet à la Métropole malgré l’handicap du peu d’audience du maire d’Ecully mis dans l’obligation  de prendre le relais de cette proposition auprès de cette grande instance décisionnaire.
  • La circulation à Ecullits : de plus en plus difficile, de nombreux blocages, des files continues de voiture aux heures de pointe et aux abords des écoles, des stationnements anarchiques d’automobilistes étrangers à la commune qui choisissent des parkings privés pour faire étape, éviter les contraventions et prendre des transports en commun. Faute de véritable plan de déplacements, la place est laissée aux bouchons, à la paralysie, à la pollution, à la pénurie de parkings, à l’absence de parc relais.
  • La fuite de l’EM: bien cachée lors de la présentation des voeux du maire qui n’a démontré aucune capacité à retenir cette remarquable Ecole de Management. Démonstration et preuve supplémentaires du peu de poids de nos élus majoritaires auprès de la Métropole. Le Campus dont s’enorgueillissaient nos élus s’en trouve très amputé, en conséquence reste t-il encore bien justifié de réclamer auprès de la Métropole une demande de ligne « Bus Express » visant à faciliter la jonction des Campus avec les grandes gares de Lyon,  au moment où le nombre d’étudiants va décroître fortement  dès le départ de l’EM?
  • Le retrait injustifié d’Ecullits auprès de la TECHLID pourtant grande pourvoyeuse d’emplois ajoutée au déménagement de l’EM ajoutera à l’immobilisme et l’engourdissement de la ville….  sur bases de grandes craintes non seulement pour l’emploi mais aussi le commerce, la vie attractive . Le peu de présence sur le terrain du premier magistrat en dehors de périodes pré-électorales fait qu’il n’y a aucune prise de conscience de cette désertification déjà présente et ses conséquences. Ecullois dormez tranquilles, les élus de l’exécutif ne vous réveilleront pas….
  • Nouvelles constructions : Carré TERVER (derrière magasin Casino du centre).   L’emprise des immeubles en vis-à-vis construits sous dénomination Carré TERVER n’est pas très vert et ampute l’avenir du centre ville par cette présence bétonnée qui va l’asphyxier davantage et porter ombrage aux immeubles existants. Un arbre bien seul tente de résister  à son emprisonnement. Démonstration est faite par ces constructions de la totale absence de projet d’urbanisme et d’ambition, preuve qui persiste en l’incohérence des implantations et les décisions d’un unique arbitre….à la plume très « encrée » en signatures de permis de construire. Cette enclave détruit toute rénovation réfléchie, agréable, pratique et aérée du centre ville. Autre constat inquiétant : les manœuvres de véhicules de secours incendie en cas d’urgence seront elles aisément possibles?
  • Autre point noir à éclaircir : la barre de logements en construction sur le domaine de Charrière BlancheCette barre de hauteur R+5 à R+7 (140 logements dont 105 en résidence étudiante)) occultera totalement la vue depuis fenêtres et balcons des habitants actuels sur espaces verts boisés.    Ci-contre une vue des espaces boisés qui seront occultés et tennis, parkings, espaces de respiration qui sont déjà supprimés. Pourquoi ces constructions au permis délivré dans une subite précipitation et malgré une pétition bien vite étouffée… par des arrangements au montant important  objets de questions et rumeurs publiques?  Pourquoi ces logements étudiants alors que nombre d’immeubles existants sur ce site sont pratiquement vides (pour exemple: un immeuble qui n’a que 6 appartements occupés sur 30 disponibles et un taux d’occupation très faible sur l’ensemble des autres immeubles) . Une incohérence de plus au moment où  le fameux Campus rêvé par nos élus sera déserté par des milliers d’ étudiants dès le départ de l’EM.
  • A proximité (face à l’EM et proche de l’hôtel Campanile) un autre permis de construire assez discret annonce la création d’une nouvelle résidence étudiante. Un doublon de plus…. les incohérences sont bien présentes sur la commune.
  • Le projet de boulevard urbain en lieu et place de l’autoroute A6 en voie de déclassement : du très long terme à perte de vue… les écullois ont reçu une convocation virtuellement imagée pour s’exprimer en 2 temps…  Effet d’annonce trompeur puisque c’est le travail préalable des autres communes impactées qui permettra l’aboutissement, le TOP départ de l’Etape éculloise ayant été pris avec trop de retard et sans entente avec l’intercommunalité. Encore du BLA-BLA-car notre acteur retardataire tente de rendre crédibles les déplacements de landaus, poussettes, trottinettes,vélos, tous déplacements doux sur un  hypothétique boulevard qui restera encore nombre d’années en attente du détournement de la circulation.  Le contournement des voies de circulation dont on ne voit pas le bout des tunnels prendra beaucoup de temps…qui échappera aux élus non reconduits après les élections municipales de 2020.
  • Pour terminer : un aspect positif de la semaine écoulée principalement dû au travail ainsi qu’au partenariat avec Lyon pour le Festival International Quai du Polar développé par les responsables de l’équipe  et son directeur attachés à l’animation du Centre Culturel. L’inauguration ce Vendredi 6 Avril a été un succès, le public est venu nombreux. L’exposition prendra fin le 29 avril.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

ECULLY et les promoteurs

 

Photo de gauche : bureau de vente pour les constructions en cours qui vont asphyxier visuellement le centre ville (derrière la supérette Casino). Photo de droite : Ogic oeuvre à Charrière Blanche en détruisant espaces de vue et de vie. (voir article précédent sur ce blog))

Coïncidences ou non ??

Sur Ecully  ont agi ou agissent un certain nombre d’entités  immobilières et en particulier : OGIC, KAUFMAN & BROAD, NOAHO-SOGEPRIM,  lesquelles parmi d’autres ont bétonné ou bétonnent dans le désordre  la commune jusqu’au coeur de ville. Derrière certaines de ces entités multiples qui appartiennent à de grands groupes, il y a semble t-il la présence ou l’influence du très important groupe Dentressangle possédant entre autres des initiatives immobilières. A observer: la présence d’un conseiller municipal élu à Ecully dont l’activité professionnelle est définie comme suit sur internet: « travaille chez OGIC-Dentressangle initiatives » après un emploi dans le groupe immobilier PROMOGIM désormais entré dans le groupe Dentressangle.  De l’avis des écullois ce constat nécessiterait une explication précise répondant aux interrogations  d’habitants qui se disent surpris par les avalanches de constructions et s’inquiètent des liens possibles ou supposés qui courent les rues….

A remarquer : l’ancienne chapelle du Pérollier cédée par la commune(ex-patrimoine immobilier située proche du restaurant « La Criée »)  arbore désormais en grande dimension le sigle AXA depuis sa transformation en bureaux. Si l’on en croit des informations assez précises,  un membre  dirigeant  le groupe Dentressangle était vice-président du conseil d’administration de AXA (avant d’en démissionner fin 2016). Des habitants se demandent  s’il y a un lien avec le groupe Dentressangle et la présence d’AXA (propriétaire de ces  locaux rénovés) sur la commune?

Pourquoi laisser à l’abandon la façade du bâtiment patrimonial ci-dessous (place du marché-maison d’accueil AVF) dont l’aspect repoussant ne peut laisser indifférents les nouveaux ou anciens écullois, les habitués du marché, les passants …. Y aurait il un projet de vente de ce bâtiment « en l’état » qui pourrait expliquer cette « situation gelée depuis longtemps »?

Autres questionnements : pourquoi avoir permis la construction sur le domaine de Charrière Blanche d’une longue barre de 140 logements déjà réprouvée dans ce blog (voir article précédent) baptisée à tort « Carré West »  et par ailleurs  l’implantation en cours d’immeubles qui asphyxient le centre d’Ecully  ?  (verrues centrales en vis-à-vis cachées derrière la supérette Casino du centre ville).

Question subsidiaire : pourquoi sur ECULLY des noms de résidences  en anglais ou en « franglais » : Carré West, Park West ?

La vie ne sera plus aussi belle que promis sur la commune trop longtemps décrite  abusivement « Village » et livrée aux toupies à béton qui ensevelissent espaces de « respiration »verts ou fleuris sans sérieux plan urbanistique. Le réveil dynamique souhaité par les citoyens et les commerçants d’Ecully restera définitivement dans les rêves.

A propos du prochain conseil municipal :

Les valeurs patrimoniales :  la tendance de l’exécutif est de vendre des immeubles et leurs terrains sans rendre compte aux citoyens de la réaffectation des sommes perçues : au moment de la présentation du budget d’orientation budgétaire 2018 des explications sont souhaitées, le but et la transparence à propos de ces transactions relatives à des biens du patrimoine s’imposent.

L’autorisation probable de travaux coûteux du pavillon de la Condamine en piteux état intérieur, très humide, non entretenu depuis des années et sans chauffage:  un retour de promesses électorales au groupe d’Histoire? Il y a bien d’autres besoins et nécessités plus urgents. Pourquoi cette précipitation incohérente alors que les sportifs ont été dans l’obligation de patienter durant plusieurs mandatures pour obtenir la construction d’un nouveau centre sportif qui s’imposait en raison  de la grande vétusté et l’insécurité des bâtiments. Les sportifs sont bien méritants…d’avoir attendu aussi longtemps.

Se souvenir aussi que le Centre Culturel a environ 300 m2 non réhabilités pourtant promis aux associations et où le groupe d’histoire aurait pu trouver place pour stocker ses archives au lieu d’imposer la coûteuse rénovation du pavillon de la Condamine qui ne sera utilisé que par cette seule association…

SECURITE : L’abusive et contestée construction en cours d’une  barre de 140 logements sur le domaine de Charrière Blanche (voir article précédent) va créer un afflux de circulation automobile sur cet ensemble résidentiel où existe un groupe scolaire important avec de jeunes enfants. Est-ce bien raisonnable et sans danger ?

ALERTE SECURITE : Terrain de foot en « gazon » synthétique à base de granulats de pneumatiques recyclés: une émission TV  sur antenne 2 « Envoyé Spécial » de ce 22 février 2018 alerte sur les graves dangers de ces granulats susceptibles de provoquer des maladies graves et cancers. Un écullois chimiste de formation dont la maison est proche du terrain synthétique s’était déjà plaint des odeurs dégagées par forte chaleur et des risques  expliqués dans l’émission d’hier mais tout est fait pour démentir un constat aux possibles lourdes conséquences.

Fermeture du chemin de Charbonnières : situation désespérément figée.

 

 

ECULLY : Les Murs-Murs…

Vue plongeante partielle de la montée des murs au Domaine de Charrière Blanche : une barre de 80 m de long, hauteur R+7 avec suppression d’espaces verts. A la clé, beaucoup d’interrogations…Ce sont bien plus que des murmures : en réalité une colère froide de citoyens qui perdent la qualité de vie de leur habitat à la suite de permis de construire délivrés sans concertation suffisante ni implantation réfléchie, la part belle étant pour les promoteurs. Place de plus en plus importante laissée aux bétonneurs qui détruisent l’environnement végétal et les espaces qui faisaient la qualité de vie et de vue. Comment comprendre et admettre la construction d’immeubles presque à « touche-touche »? Pourquoi ces apparences de tolérances bien sournoises  à propos de permis de construire délivrés par la mairie d’Ecully ? Il y a matière à s’inquiéter de ces pratiques et d’en rechercher les causes : la qualité de vie disparaît au fil de ces nouvelles constructions, provoquant plaintes et procédures en cours ou à venir de citoyens directement concernés et subissant de leurs portes ou de leurs fenêtres une proximité bétonnée en hauts murs porteurs d’ombres, de malaises, d’inquiétudes.

Seront abordés dans ce blog : 2 cas de constructions anarchiques en cours avec la question de savoir à qui profitent ces mises en chantier ?

Cas 1 : Domaine de Charrière Blanche :  la construction en cours d’une barre de 140 logements dont 105 T1 et T2 en résidence étudiante (longueur 80 m, hauteur 15 à 25m) avec destruction de places de parkings au sol et suppression importante d’espace vert entre les bâtiments de l’Ecole Centrale et des appartements de Charrière Blanche. Une pétition s’était élevée contre ce projet mais bizarrement elle s’est éteinte alors que nombre de signataires voulaient la maintenir : là encore sous quelles pressions ce retrait ?

A noter le choix très discret  d’affichage (chemin des Mouilles) du panneau de chantier: s’il n’y avait rien à cacher aux citoyens, pourquoi avoir choisi cet emplacement éloigné du site des travaux et à l’extérieur du domaine de Charrière Blanche ? Pourquoi cette construction de logements sociaux et étudiants? Pourquoi cette décision absurde au moment  du déménagement prévisible de l’EM-Ecully désormais confirmé par un prochain départ à Gerland ? Que justifie cette construction avec son ensemble de nuisances puisqu’il  y a plus d’une centaine d’appartements désespérément vides dont de nombreux logements étudiants dans les immeubles existants sur le domaine de Charrière Blanche?

Pourquoi tant  d’incohérences dans les choix de constructions, les implantations, les programmations, les permis délivrés dans la précipitation ou sous pressions  de groupes financiers?

 Affichage permis discret Chemin des Mouilles et vue partielle du Domaine de Charrière Blanche sur tennis et places de parkings  détruites pour laisser place au nouveau bâtiment qui s’élèvera face à ces balcons d’immeubles.

Cas 2 : en plein centre ville, derrière le magasin Casino élévation de plusieurs immeubles. Une photo ci dessous révèle la proximité des nouveaux bâtiments en construction par rapport aux existants. Nuisances et destruction d’espaces de « respiration »   au grand désespoir des habitants actuels concernés par cette insupportable proximité. D’autres projets très aérés avec commerces très accessibles, parkings, parcours dégagés, appartements de qualité avaient été proposés dans le passé mais préférence a été donnée à ce projet asphyxiant très dommageable. Ecully devient de plus en plus commune dortoir avec perte de sa qualité de vie et d’espaces verts devenus surfaces bétonnées très imperméables… au bon sens. La photo est suffisamment explicite sur ce que devient le centre d’Ecully qualifié tant de fois « centre village » par le maire dans ses interventions et éditos. On ne pourra plus apporter crédit à de tels propos et tout est à craindre dans ces situations aux dommages irréversibles.

Mon beau « village » en plein Centre Ville d’Ecully. Des élus sont ils candidats pour ces logements de proximité… à proximité de fenêtres ? Ils peuvent s’inscrire….

Un Budget en questions ????

La navette 75  : la presse locale vient d’en signaler le bilan très coûteux (Le Progrès du 5 juin). Dès les premiers mois de mise en service, cette situation avait été décriée dans ce blog avec un rappel du manque de fréquentation quasiment nul. Encore un mauvais calcul désastreux pour les finances… Que fait donc le maire d’Ecully dans sa vice-présidence au Sytral ? Ses erreurs et son peu d’implication coûtent très cher aux citoyens écullois alors qu’il ne cesse d’annoncer la gestion d’un budget contraint….

A propos du budget d’Ecully présenté sous de beaux éclairages bien éloigné des réalités, il faut remarquer d’autres contradictions : nos élus de l’exécutif ne cessent de céder des bâtiments (dont le patrimoine) à des prix très discutables parfois en dessous des estimations des domaines (voir ecully magazine de Mars page 16) : pour exemple récent, la vente de l’ancien château de la Brigandière situé 2 chemin du Chancelier. Depuis plusieurs années Ecully gonfle sa trésorerie par ces cessions pour faire miroiter aux yeux des citoyens un bon bilan…. dont l’équipe majoritaire se garde bien de faire un récapitulatif de ces apports exceptionnels depuis plusieurs années.

Vue du château de la Brigandière

Frais de fonctionnement : la presse avait fait état en date du 5 mai dernier        ,  de frais de bouche d’un maire (d’une commune en bord de Saône) au grand appétit  avec achats incontrôlés de frais de bouche, bonnes bouteilles et cocktails. Sans préjuger du bien fondé de ce constat, il ne s’agit peut être pas d’un cas unique.  Ce sont les élus de l’opposition qui ont provoqué cette enquête, il serait peut être utile que des élus d’autres communes s’en inspirent pour vérifier très précisément et le cas échéant demander justification et factures précises, ce qui éviterait de telles dérives excessives à la charge des contribuables puisqu’il s’agit en finalité de l’emploi de l’argent public.

Impôts de fleurs :  la folle course à la 4ème fleur conduit à des dépenses excessives dans un budget dit « contraint ». Il doit être possible de réduire le coût actuel :   56 Euros par habitant et non 2  annoncés de façon volontairement très minorée par l’adjoint à l’environnement….

CTM : centre technique municipal : des locaux sont loués à Dardilly depuis plusieurs années faute d’installation sur la commune. Ce qui coûte fortement en loyer, temps de déplacement des équipes techniques municipales, frais et annexes. Mais au lieu de solutionner cette situation anormale, il est prévu de faire des travaux dans la maison insalubre du jardin la Condamine ! pour y stocker des archives alors qu’il y a nombre de locaux vides et mieux adaptés.

La gestion comptable et immobilière de la gouvernance actuelle pose de nombreuses questions:  est-ce la raison des démissions d’élus enregistrées ou s’éloignant du premier magistrat de plus en plus éloigné des réalités ?

La gestion du personnel municipal : le premier magistrat n’impose que la soumission autoritairement excessive à un personnel démotivé par le peu d’implication et de reconnaissance de l’ensemble des adjoints  dont certain(e)s sont remarquables par leur peu de présence et d’engagement, se contentant uniquement de percevoir leur indemnité mensuelle proche de 1000 Euros….

-Le projet de nouveau pôle sportif : repoussé malgré des besoins pressants des sportifs qui subissent avec trop grande patience depuis de nombreuses années tous les désagréments de locaux obsolètes et parfois proches de l’insalubrité et de l’insécurité. Report uniquement voulu en fin de mandat pour raison très politique de tentative de réélection au mandat de maire. Projet dit de fin de mandat dont le coût annoncé varie de quelques millions d’Euros… au gré des gestuelles ( à Ecully les effets d’annonce ne sont pas à quelques millions près…puisqu’on ne compte pas ). Encore un habillage trop imprécis et poudre aux yeux ressemblant à celui du Centre Culturel pour lequel il y a 300 m2 laissés à l’abandon et aux intempéries, totalement rendus insalubres par cette inaction…mais bien dissimulés aux écullois et aux associations qui comptaient sur ces locaux.

 

Ecully bouchonnée… bientôt asphyxiée

Afflux irraisonné et incontrôlé de constructions en ville sans réelle étude d’impact ni aménagement pour la circulation= toujours plus de voitures et de difficultés pour les déplacements. Le constat est désastreux, il suffit de circuler aux heures de pointe pour se rendre compte que la voirie n’est plus adaptée et a été complètement négligée. Les effets de manches et déclarations intempestives d’un maire annonçant un déclassement de l’autoroute (en réalité loin d’être de son seul fait), d’un  projet de contournement Ouest (dont la réalité ne pointera qu’à l’horizon 2025 ou 2030) n’apportent aucune solution concrète pour fluidifier la circulation et améliorer le stationnement sur la commune. Ecully manque cruellement de parkings, situation  qui nuit gravement au commerce local, mais ce n’est pas le souci de la gouvernance actuelle uniquement soucieuse de préserver d’autres centres d’intérêts très personnels. Et que deviendront les goulots d’étranglement tels : le chemin de Charbonnières actuellement fermé à toute circulation, l’important rétrécissement de chaussée au niveau de l’école d’horticulture en direction de la rue Marietton causé par la construction en cours d’une station de désenfumage de tunnel sur un site qui était pourtant classé en zone EBC (Espace Boisé Classé) : cette constatation  suffit à démontrer que la dénomination EBC ne protège en rien de certains travaux d’ampleur….

Quant au budget d’Ecully présenté sous de beaux éclairages il y a aussi un bouchon d’imprécisions à faire sauter car la réalité est toute autre : nos élus de l’exécutif cèdent des bâtiments (dont le patrimoine) à des prix parfois en dessous des estimations des domaines, faisant le jeu des promoteurs : pour exemple, l’ancien château de la Brigandière (ex -trésorerie) situé 2 chemin du chancelier (voir Ecully Magazine de mars page 16)  …. Depuis plusieurs années Ecully gonfle sa trésorerie par ces ventes pour faire miroiter un bon bilan….dont l’équipe majoritaire en place se garde bien de faire un récapitulatif. En réalité, les comptes diffusés auprès des écullois sont volontairement faussés mais faut il s’en étonner ??? Sont également passés sous silence : le maintien des navettes-bus inutiles et à la fréquentation nulle (pour rappel: sur 3 mandats précédents la navette avait coûté 325000 Euros), le coût réel de la folle course à la 4ème fleur dont le budget a augmenté de 50% en 10 ans et se situe non pas à 2 euros (estimations volontairement sous estimées  de l’élu responsable) mais à 56 euros par habitant  charges salariales,  rénovations et amortissements inclus (article du Progrès du 25/01/2017), le coût des locaux loués à Dardilly pour hébergement des services techniques municipaux en attente depuis plusieurs années d’une localisation sur Ecully. Quant à certains investissements de « façade » à complaisance uniquement politique dénommés « projets de fin de mandat », ne faudrait il pas penser à terminer certains travaux laissés à l’abandon, tels les 300 m2 à l’état de ruine (ex-maison de la Rencontre )   bien cachés au public lors de l’inauguration du Centre Culturel et actuellement « murés » pour en interdire l’accès. Ces 300 m2 avaient pourtant promis aux associations  leur font  cruellement défaut. Il est nécessaire que les écullois et les associations délaissées, les élus de l’opposition réclament un état détaillé  et la visite sécurisée de tous les lieux abandonnés et inoccupés. Parmi ceux-ci la maison face au cimetière  laissée également à la dégradation du temps et appartenant à la commune. Inquiétant constat à propos d’ une gouvernance calfeutrée à double porte dans ses  bureaux, ignorant les réalités de terrain, se contentant de présence uniquement en période électorale et promesses vite oubliées ensuite.

Vue de la maison située face au cimetière

Auprès de l’arbre…nouveau chantier au centre d’écully

 

Un grand chantier de plus au centre ville, résultat de l’emprise des promoteurs….qui ont préservé un arbre déjà bien tronqué : ses jours sont sans doute comptés, mais pour le moment promoteurs et élus doivent se réjouir de constater ce gros effort de préservation de la nature sans craindre le ridicule !!!! Nos élus majoritaires sont sans doute à la recherche d’une 5ème fleur, mais manque de pot c’est un arbre en bien fâcheuse position qui illustre tous les effets d’annonce mensongers à propos de la préservation du patrimoine de la ville, patrimoine dont il sera fait état dans un prochain article. Quant au projet de construction sur ces lieux à l’arrière de l’actuel magasin alimentaire CASINO, coincé dans un environnement qui pose questions, un univers bien bétonné et très banal se profile comme c’est le cas pour nombre de constructions actuelles  sur la ville d’Ecully: prix très élevés mais dans la majorité des réalisations et projets aucune véritable création architecturale. Situation désespérante qui nuit gravement à la qualité de l’environnement. Faîtes suivre les clichés ci-dessous et constatez sur place.

DSCN4916 DSCN4914 DSCN4912 DSCN4911

L’actualité du patrimoine délaissé en quelques questions ???

Ecully a eu la chance d’hériter d’un riche patrimoine laissé par nos prédécesseurs, mais qu’en restera t-il dans quelques années avec tant de facilités données aux promoteurs qui déstructurent l’existant et effacent définitivement par un nombre excessif de constructions le caractère  de la commune devenue… VILLE.Les élus responsables se cachent derrière les « 4 Fleurs » pour tenter de masquer l’inflation de permis de construire délivrés à la hâte sur des promesses électorales, sans plan d’urbanisme réfléchi  ni structures adaptées dont les écullois vont se rendre compte (si ce n’est déjà fait) en termes de difficultés de circulation, d’insuffisance de parkings, d’insécurité grandissante. La seule réponse actuelle à ces graves conséquences présentes et à venir consiste à développer les très coûteuses caméras et à l’adoption récente de « la gent canine ». Et dans les grandes déclarations n’ayant qu’effets d’annonce : la transformation de l’autoroute en boulevard urbain… En réalité ce projet ne verra pas le jour avant l’horizon 2030…et il est loin d’être l’oeuvre unique d’un maire, les autres élus de l’intercommunalité concernés (Dardilly, Limonest par exemple) ayant beaucoup travaillé (bien avant la déclaration  du maire écullois et de son implication tardive) à l’aboutissement du déclassement de l’autoroute dont les effets s’inscrivent dans le futur.

  • Au cours des journées du patrimoine, il ne faut pas manquer d’observer l’avalanche de nouvelles constructions et entre autres  la très récente  en cours chemin de Villeneuve: illustration remarquable de ce qu’il ne fallait pas autoriser lors du dépôt de permis !photo 1

 

  • Il faut profiter de cet inventaire du patrimoine pour réclamer une visite de la partie inachevée du Centre Culturel en total délabrement que le maire refuse de réhabiliter alors que ces 300 M2 font cruellement défaut à des associations qui  n’ont pas retrouvé leur place ou sont pénalisées dans leurs activités par des espaces insuffisants.
  • Place du marché, un exemple du patrimoine délaissé par manque d’entretien, véritable verrue aux yeux de tous :Ecully-Accueil Place du Marché
  • Ancienne maison de gardien du Parc de la Condamine : Un ravalement extérieur a été fait lors du mandat précédent, mais la grande vétusté intérieure la rend inhabitable. Pourquoi promettre au Groupe d’Histoire des travaux intérieurs qui seront importants et très coûteux dans le but d’entreposer des archives… qui finiront par y moisir. IMG_3687
  • Une visite de la mairie s’impose pour constater dans la montée d’escalier intérieur une tapisserie classée qui souffre d’un accrochage par des clous ! Constatation déjà faite dans le mandat précédent avec force recommandation pour pallier cette très mauvaise présentation qui la détériore, mais rien n’y fait. La situation perdure…la culture restant dans l’ignorance  des politiques.
  • La maison face au cimetière : un bel exemple de vétusté et d’abandon.
    Vue de face
    Vue de face

    Le bâtiment de l’ancienne Trésorerie fermé depuis décembre 2015? Que deviendra t-il ? Même question pour la chapelle qui jouxte le Septentrion chemin de Villeneuve…dont la vente a été réalisée par la commune….IMG_3683

 

 

 

 

 

Les bâtiments sportifs : eux aussi en très mauvais état... Il y a promesse politique de nouveau pôle sportif, mais rien ne bouge, le maire se réserve ce projet pour une fin de mandat avec les risques de ne pas terminer en temps , voire de l’abandonner partiellement ainsi que cela s’est produit pour une partie du centre culturel murée et cachée à la population ! Incapacité de la gouvernance actuelle d’étudier un projet intercommunal pour en diminuer les coûts puisque depuis plus de 15 ans rien n’a été entrepris pour s’entendre avec les communes voisines. Quant à la piscine rhabillée à l’extérieur pour en cacher la vétusté, il est fort probable que d’autres problèmes surgissent au niveau du bassin très vieillissant…et des équipements techniques qui ont déjà valu plusieurs fermetures.

Autre souci à venir : le bâtiment de l’ESPACE (face à la piscine) parfois utilisé pour des spectacles, dont la vétusté  et le manque de confort se font de plus en plus sentir à tous points de vue. Et pendant ce temps se déroulent les travaux de construction ( en direction de la rue Marietton, face à l’école d’horticulture) d’une station de désenfumage de tunnel surmontée d’une haute cheminée, travaux qui vont durer encore plusieurs mois et aboutiront à d’autres nuisances. La population n’a pas été suffisamment avertie et s’étonne de ces travaux, l’information ayant  été volontairement masquée.