Ecully ou Ecullits?

Maintes fois constaté en public  et dans la presse : l’endormissement et le déclin d’Ecully, les erreurs de la gouvernance actuelle qui handicapent l’avenir.

En conclusion : Ecully va t-elle se contenter de devenir Ville dortoir ? Faudra t-il la rebaptiser « Ecullits »?

  • Immobilisme : nos élus de la majorité se complaisent dans une attitude de piétinement qui plonge la ville dans nombre de questionnements sans apporter de solutions ni objectifs d’avenir. De l’avis de beaucoup de citoyens rencontrés, l’obscurité entretenue à la lecture de la présentation du DOB et de l’adoption du Budget entretient des inquiétudes à propos du bilan final dont le solde risque de ne pas être aussi positif que les annonces de bonne gestion sans cesse renouvelées sur des bases floues et douteuses. A remarquer : par la cession de terrains ou de biens communaux 7,5 millions d’euros ont été engrangés et participent à une présentation favorable de gestion. Mais sur le fond, cette chasse aux trésors de plus en plus active qui dilapide le patrimoine écullois ne cache t-elle pas un équilibre de budget précaire?
  • Le chemin de Charbonnières : fermé à la circulation depuis Novembre 2016. Réouverture envisagée dans quelques mois ? possible grâce à la présentation d’une solution proposée par une association très active (Les Amis du Bois de Serres) qui a présenté un projet issu du bon sens et des exemples réalisées par ailleurs depuis de nombreuses années pour lutter contre l’affaissement de talus. Ce projet est venu au secours de nos étriqués élus majoritaires en mal de réflexion et d’imagination: il offre la solution la moins coûteuse à la retenue des terres consistant en la pose de grillages ancrés dans les talus et recouverts au fil du temps par la végétation naturelle. Félicitations à cette association qui obtiendra probablement une bonne écoute de ce projet à la Métropole malgré l’handicap du peu d’audience du maire d’Ecully mis dans l’obligation  de prendre le relais de cette proposition auprès de cette grande instance décisionnaire.
  • La circulation à Ecullits : de plus en plus difficile, de nombreux blocages, des files continues de voiture aux heures de pointe et aux abords des écoles, des stationnements anarchiques d’automobilistes étrangers à la commune qui choisissent des parkings privés pour faire étape, éviter les contraventions et prendre des transports en commun. Faute de véritable plan de déplacements, la place est laissée aux bouchons, à la paralysie, à la pollution, à la pénurie de parkings, à l’absence de parc relais.
  • La fuite de l’EM: bien cachée lors de la présentation des voeux du maire qui n’a démontré aucune capacité à retenir cette remarquable Ecole de Management. Démonstration et preuve supplémentaires du peu de poids de nos élus majoritaires auprès de la Métropole. Le Campus dont s’enorgueillissaient nos élus s’en trouve très amputé, en conséquence reste t-il encore bien justifié de réclamer auprès de la Métropole une demande de ligne « Bus Express » visant à faciliter la jonction des Campus avec les grandes gares de Lyon,  au moment où le nombre d’étudiants va décroître fortement  dès le départ de l’EM?
  • Le retrait injustifié d’Ecullits auprès de la TECHLID pourtant grande pourvoyeuse d’emplois ajoutée au déménagement de l’EM ajoutera à l’immobilisme et l’engourdissement de la ville….  sur bases de grandes craintes non seulement pour l’emploi mais aussi le commerce, la vie attractive . Le peu de présence sur le terrain du premier magistrat en dehors de périodes pré-électorales fait qu’il n’y a aucune prise de conscience de cette désertification déjà présente et ses conséquences. Ecullois dormez tranquilles, les élus de l’exécutif ne vous réveilleront pas….
  • Nouvelles constructions : Carré TERVER (derrière magasin Casino du centre).   L’emprise des immeubles en vis-à-vis construits sous dénomination Carré TERVER n’est pas très vert et ampute l’avenir du centre ville par cette présence bétonnée qui va l’asphyxier davantage et porter ombrage aux immeubles existants. Un arbre bien seul tente de résister  à son emprisonnement. Démonstration est faite par ces constructions de la totale absence de projet d’urbanisme et d’ambition, preuve qui persiste en l’incohérence des implantations et les décisions d’un unique arbitre….à la plume très « encrée » en signatures de permis de construire. Cette enclave détruit toute rénovation réfléchie, agréable, pratique et aérée du centre ville. Autre constat inquiétant : les manœuvres de véhicules de secours incendie en cas d’urgence seront elles aisément possibles?
  • Autre point noir à éclaircir : la barre de logements en construction sur le domaine de Charrière BlancheCette barre de hauteur R+5 à R+7 (140 logements dont 105 en résidence étudiante)) occultera totalement la vue depuis fenêtres et balcons des habitants actuels sur espaces verts boisés.    Ci-contre une vue des espaces boisés qui seront occultés et tennis, parkings, espaces de respiration qui sont déjà supprimés. Pourquoi ces constructions au permis délivré dans une subite précipitation et malgré une pétition bien vite étouffée… par des arrangements au montant important  objets de questions et rumeurs publiques?  Pourquoi ces logements étudiants alors que nombre d’immeubles existants sur ce site sont pratiquement vides (pour exemple: un immeuble qui n’a que 6 appartements occupés sur 30 disponibles et un taux d’occupation très faible sur l’ensemble des autres immeubles) . Une incohérence de plus au moment où  le fameux Campus rêvé par nos élus sera déserté par des milliers d’ étudiants dès le départ de l’EM.
  • A proximité (face à l’EM et proche de l’hôtel Campanile) un autre permis de construire assez discret annonce la création d’une nouvelle résidence étudiante. Un doublon de plus…. les incohérences sont bien présentes sur la commune.
  • Le projet de boulevard urbain en lieu et place de l’autoroute A6 en voie de déclassement : du très long terme à perte de vue… les écullois ont reçu une convocation virtuellement imagée pour s’exprimer en 2 temps…  Effet d’annonce trompeur puisque c’est le travail préalable des autres communes impactées qui permettra l’aboutissement, le TOP départ de l’Etape éculloise ayant été pris avec trop de retard et sans entente avec l’intercommunalité. Encore du BLA-BLA-car notre acteur retardataire tente de rendre crédibles les déplacements de landaus, poussettes, trottinettes,vélos, tous déplacements doux sur un  hypothétique boulevard qui restera encore nombre d’années en attente du détournement de la circulation.  Le contournement des voies de circulation dont on ne voit pas le bout des tunnels prendra beaucoup de temps…qui échappera aux élus non reconduits après les élections municipales de 2020.
  • Pour terminer : un aspect positif de la semaine écoulée principalement dû au travail ainsi qu’au partenariat avec Lyon pour le Festival International Quai du Polar développé par les responsables de l’équipe  et son directeur attachés à l’animation du Centre Culturel. L’inauguration ce Vendredi 6 Avril a été un succès, le public est venu nombreux. L’exposition prendra fin le 29 avril.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

ECULLY : Les Murs-Murs…

Vue plongeante partielle de la montée des murs au Domaine de Charrière Blanche : une barre de 80 m de long, hauteur R+7 avec suppression d’espaces verts. A la clé, beaucoup d’interrogations…Ce sont bien plus que des murmures : en réalité une colère froide de citoyens qui perdent la qualité de vie de leur habitat à la suite de permis de construire délivrés sans concertation suffisante ni implantation réfléchie, la part belle étant pour les promoteurs. Place de plus en plus importante laissée aux bétonneurs qui détruisent l’environnement végétal et les espaces qui faisaient la qualité de vie et de vue. Comment comprendre et admettre la construction d’immeubles presque à « touche-touche »? Pourquoi ces apparences de tolérances bien sournoises  à propos de permis de construire délivrés par la mairie d’Ecully ? Il y a matière à s’inquiéter de ces pratiques et d’en rechercher les causes : la qualité de vie disparaît au fil de ces nouvelles constructions, provoquant plaintes et procédures en cours ou à venir de citoyens directement concernés et subissant de leurs portes ou de leurs fenêtres une proximité bétonnée en hauts murs porteurs d’ombres, de malaises, d’inquiétudes.

Seront abordés dans ce blog : 2 cas de constructions anarchiques en cours avec la question de savoir à qui profitent ces mises en chantier ?

Cas 1 : Domaine de Charrière Blanche :  la construction en cours d’une barre de 140 logements dont 105 T1 et T2 en résidence étudiante (longueur 80 m, hauteur 15 à 25m) avec destruction de places de parkings au sol et suppression importante d’espace vert entre les bâtiments de l’Ecole Centrale et des appartements de Charrière Blanche. Une pétition s’était élevée contre ce projet mais bizarrement elle s’est éteinte alors que nombre de signataires voulaient la maintenir : là encore sous quelles pressions ce retrait ?

A noter le choix très discret  d’affichage (chemin des Mouilles) du panneau de chantier: s’il n’y avait rien à cacher aux citoyens, pourquoi avoir choisi cet emplacement éloigné du site des travaux et à l’extérieur du domaine de Charrière Blanche ? Pourquoi cette construction de logements sociaux et étudiants? Pourquoi cette décision absurde au moment  du déménagement prévisible de l’EM-Ecully désormais confirmé par un prochain départ à Gerland ? Que justifie cette construction avec son ensemble de nuisances puisqu’il  y a plus d’une centaine d’appartements désespérément vides dont de nombreux logements étudiants dans les immeubles existants sur le domaine de Charrière Blanche?

Pourquoi tant  d’incohérences dans les choix de constructions, les implantations, les programmations, les permis délivrés dans la précipitation ou sous pressions  de groupes financiers?

 Affichage permis discret Chemin des Mouilles et vue partielle du Domaine de Charrière Blanche sur tennis et places de parkings  détruites pour laisser place au nouveau bâtiment qui s’élèvera face à ces balcons d’immeubles.

Cas 2 : en plein centre ville, derrière le magasin Casino élévation de plusieurs immeubles. Une photo ci dessous révèle la proximité des nouveaux bâtiments en construction par rapport aux existants. Nuisances et destruction d’espaces de « respiration »   au grand désespoir des habitants actuels concernés par cette insupportable proximité. D’autres projets très aérés avec commerces très accessibles, parkings, parcours dégagés, appartements de qualité avaient été proposés dans le passé mais préférence a été donnée à ce projet asphyxiant très dommageable. Ecully devient de plus en plus commune dortoir avec perte de sa qualité de vie et d’espaces verts devenus surfaces bétonnées très imperméables… au bon sens. La photo est suffisamment explicite sur ce que devient le centre d’Ecully qualifié tant de fois « centre village » par le maire dans ses interventions et éditos. On ne pourra plus apporter crédit à de tels propos et tout est à craindre dans ces situations aux dommages irréversibles.

Mon beau « village » en plein Centre Ville d’Ecully. Des élus sont ils candidats pour ces logements de proximité… à proximité de fenêtres ? Ils peuvent s’inscrire….

ECULLY : TOP départ de l’EM pour LYON

Entendu lors des voeux du maire d’Ecully le 10 janvier : une ville dynamique où « s’épanouissent » les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises de dimensions internationales. Il fallait sans doute comprendre « s’évanouissent », preuve en est la récente annonce de départ de l’EM pour la ville de Lyon, que le maire ne pouvait ignorer (puisque décision arrêtée le 15 décembre) mais il n’était sans doute pas glorieux de présenter aux citoyens  une très mauvaise nouvelle qui plongera un peu plus la commune dans un profond sommeil et un déclin qui se poursuivent depuis de nombreuses années après le départ d’autres entreprises importantes (Euronews,Sopra Steria, Manitowoc) avec les conséquences en pertes de plusieurs centaines d’emplois et effets négatifs induits pour le commerce, l’image de la ville. Le retrait d’Ecully de la zone d’activité TECHLID sur décision du maire fut déjà une très mauvaise décision irresponsable impactant dangereusement l’avenir de la commune et démontrant le peu d’intérêt, l’incompétence pour maintenir l’activité économique. Il est à prévoir qu’à propos du départ de l’EM et conformément aux vieilles habitudes politiques bien usées et dépassées l’unique défense sera le report des responsabilités sur la Métropole en y associant une colère personnelle qui malheureusement n’est que signe de faiblesse non assortie de solutions. Maladresses, imprévisions, incompétences et tensions qui renforceront une fois de plus l’oubli d’Ecully dans les grandes décisions de la Métropole comme cela s’est déjà passé à l’intercommunalité, à la Région, au Grand Lyon, au Sytral. La politique de la ville vient de perdre une belle fleur à son chapeau, il faut cesser de faire croire qu’on travaille beaucoup en restant  enfermé dans un bureau : en réalité Ecully souffre de l’absence de bonne représentation et management, manque de présence et travail en hauts lieux décisionnaires, du refus de partenariats, de la méconnaissance du tissu économique et de l’emploi, du peu de présence d’un maire et son équipe sur le terrain restés peu attentifs aux contacts et remarques des citoyens excepté en périodes pré-électorales où le zèle est de rigueur. Ecully a perdu sa crédibilité à la Métropole et dans les instances, cherchez la faute…. A propos de l’emploi à Ecully un article de la TRIBUNE LIBRE (14/20 SEPT 17-page 4) fait état de l’appréciation négative  par la gouvernance actuelle vis à vis des employés de bureau: une raison de plus de constater que dans le cas d’élus aux mandats répititifs s’inscrivant uniquement dans la longue durée, il y a un essoufflement et une vision très passéiste paralysante.

En conclusion : il ne faut pas se leurrer, le départ de l’EM va laisser des traces désastreuses comme ce fut le cas d’Euronews aux locaux abandonnés et restés vides depuis plusieurs années, inadaptés à une nouvelle activité. Le campus de l’EM dont s’enorgueillissait à tort le maire lors des voeux court les mêmes risques et finalité.

 

 

 

 

 

 

 

Ecully : le chemin de Charbonnières, celui de la discorde…

 

Vers une fermeture définitive du Chemin de Charbonnières?

Un blocage de la situation par le maire qui n’a pas voulu retenir la proposition d’aménagement de la Métropole, sous prétexte qu’il s’oppose à la construction de mur béton pour retenir l’affaissement de talus….  il a pourtant  accepté en de nombreux endroits un bétonnage excessif de la commune par des promoteurs qui se régalent de cette situation et de permis délivrés avec trop de bienveillance…  Extrait d’une question  posée par voie de presse à propos de la fermeture du chemin (Le progrès du 18/12/17 ) par un des nombreux usagers de cette voie : « le maire demeure chemin de Charbonnières… c’est une privatisation abusive… ». Point de vue personnel d’un usager certainement excédé (comme tant d’autres) de constater l’immobilisme d’un maire privilégiant sa tranquillité personnelle et ne tenant aucun  compte de la dangerosité de la situation, du report de circulation sur les autres axes dont ceux des communes voisines avec les risques augmentés d’accidents.  Suite à cet immobilisme  et comme déjà mentionné à de nombreuses reprises chaque usager qu’il soit piéton, cycliste ou automobiliste peut observer qu’ aux heures de pointes, de trafic scolaire et autres, Ecully s’asphyxie dans tous les sens du terme et se paralyse, ce qui n’est pas sans impact sur la qualité de vie et l’activité commerciale d’un centre ville très en déclin. Désolant de voir l’équipe d’élus « ramollie » soumise à l’inefficacité d’un maire  et aussi  incapable  que lui de débloquer cette situation qui dure, perdure depuis plus d’un an, la fermeture du chemin remontant à novembre 2016….

 

Autre discorde : la construction d’un immeuble de 80m de long et 12 m de hauteur (R+7, 140 logements) très justement controversée dans le parc de la résidence de Charrière Blanche. Cette construction impacte directement des résidents établis de longue  date  désormais contraints à subir un futur vis-à-vis excessivement proche de leurs fenêtres et occultant l’espace vert qui existait entre leur immeuble et les bâtiments de l’Ecole Centrale: leur cadre de vie est définitivement détruit. Sur un terrain de 12000 m2 il y avait certainement un autre choix d’implantation à faire: comme cela avait été envisagé et annoncé il eût été préférable d’attendre le très prochain PLU-H pour faire un choix plus judicieux et concerté, mais préférence sournoise a été donnée à une précipitation brutale et favorable au promoteur lui autorisant les travaux sans attendre alors qu’une pétition s’élevait contre ce projet de construction.  Pourquoi cette précipitation ? Quelles en sont les réelles motivations ? Comment réagiraient certains élus  privilégiés  s’ils se trouvaient dans de semblables conditions et situation sous leurs fenêtres…. auxquelles s’ajoutent les  fortes et inquiétantes nuisances de chantier actuelles ?

Une grande satisfaction en cette fin d’année : il est constaté que les lecteurs de ce blog sont de plus en plus nombreux et actifs: qu’ils en soient remerciés.

Une inquiétude : par exemple à propos de la distribution localement refusée  du « Petit Paumé » : sous des prétextes très discutables la distribution annuelle de ce travail très intéressant, très utile, réalisé depuis sa création par les étudiants de l’EM Ecully n’a pu être autorisée cette année ni en mairie ni à la médiathèque, ni au Centre Culturel. La mairie sous pression et tendances personnelles de certains élus ne se dirige t-elle pas progressivement vers une forme de censure ? Ecully semble bien être la seule commune ayant fait obstruction.

 

 

 

 

 

 

 

Ecully bouchonnée… bientôt asphyxiée

Afflux irraisonné et incontrôlé de constructions en ville sans réelle étude d’impact ni aménagement pour la circulation= toujours plus de voitures et de difficultés pour les déplacements. Le constat est désastreux, il suffit de circuler aux heures de pointe pour se rendre compte que la voirie n’est plus adaptée et a été complètement négligée. Les effets de manches et déclarations intempestives d’un maire annonçant un déclassement de l’autoroute (en réalité loin d’être de son seul fait), d’un  projet de contournement Ouest (dont la réalité ne pointera qu’à l’horizon 2025 ou 2030) n’apportent aucune solution concrète pour fluidifier la circulation et améliorer le stationnement sur la commune. Ecully manque cruellement de parkings, situation  qui nuit gravement au commerce local, mais ce n’est pas le souci de la gouvernance actuelle uniquement soucieuse de préserver d’autres centres d’intérêts très personnels. Et que deviendront les goulots d’étranglement tels : le chemin de Charbonnières actuellement fermé à toute circulation, l’important rétrécissement de chaussée au niveau de l’école d’horticulture en direction de la rue Marietton causé par la construction en cours d’une station de désenfumage de tunnel sur un site qui était pourtant classé en zone EBC (Espace Boisé Classé) : cette constatation  suffit à démontrer que la dénomination EBC ne protège en rien de certains travaux d’ampleur….

Quant au budget d’Ecully présenté sous de beaux éclairages il y a aussi un bouchon d’imprécisions à faire sauter car la réalité est toute autre : nos élus de l’exécutif cèdent des bâtiments (dont le patrimoine) à des prix parfois en dessous des estimations des domaines, faisant le jeu des promoteurs : pour exemple, l’ancien château de la Brigandière (ex -trésorerie) situé 2 chemin du chancelier (voir Ecully Magazine de mars page 16)  …. Depuis plusieurs années Ecully gonfle sa trésorerie par ces ventes pour faire miroiter un bon bilan….dont l’équipe majoritaire en place se garde bien de faire un récapitulatif. En réalité, les comptes diffusés auprès des écullois sont volontairement faussés mais faut il s’en étonner ??? Sont également passés sous silence : le maintien des navettes-bus inutiles et à la fréquentation nulle (pour rappel: sur 3 mandats précédents la navette avait coûté 325000 Euros), le coût réel de la folle course à la 4ème fleur dont le budget a augmenté de 50% en 10 ans et se situe non pas à 2 euros (estimations volontairement sous estimées  de l’élu responsable) mais à 56 euros par habitant  charges salariales,  rénovations et amortissements inclus (article du Progrès du 25/01/2017), le coût des locaux loués à Dardilly pour hébergement des services techniques municipaux en attente depuis plusieurs années d’une localisation sur Ecully. Quant à certains investissements de « façade » à complaisance uniquement politique dénommés « projets de fin de mandat », ne faudrait il pas penser à terminer certains travaux laissés à l’abandon, tels les 300 m2 à l’état de ruine (ex-maison de la Rencontre )   bien cachés au public lors de l’inauguration du Centre Culturel et actuellement « murés » pour en interdire l’accès. Ces 300 m2 avaient pourtant promis aux associations  leur font  cruellement défaut. Il est nécessaire que les écullois et les associations délaissées, les élus de l’opposition réclament un état détaillé  et la visite sécurisée de tous les lieux abandonnés et inoccupés. Parmi ceux-ci la maison face au cimetière  laissée également à la dégradation du temps et appartenant à la commune. Inquiétant constat à propos d’ une gouvernance calfeutrée à double porte dans ses  bureaux, ignorant les réalités de terrain, se contentant de présence uniquement en période électorale et promesses vite oubliées ensuite.

Vue de la maison située face au cimetière

Mauvaise fréquentation… sur la ligne 75.

  • IMG_3843La navette Campus-Grand Ouest 75 à la disposition des étudiants des grandes Ecoles… Elle pourrait être avantageusement remplacée par un petit taxi, voire une moto taxi ou du co-voiturage : la fréquentation est presque nulle (2 à 3 étudiants/jour, vérifications faites régulièrement). La création de cette navette est une erreur de plus dont le coût revient en partie aux écullois, pourtant déjà échaudés par une navette précédente tournant presque à vide pendant 13 ans pour un coût total de 325000 euros. N’y avait il pas d’autres priorités et urgences ? Derrière des discours auto-suffisants de bonne gestion, les erreurs sont masquées.IMG_3837
  • Un boulevard pour l’autoroute  : la REALITE est qu’Ecully reste engluée et isolée dans des effets d’annonces abusivement politiques (voir article de presse régionale « Le progrès » du 5 Mai qui révèle bien la situation) à propos du futur déclassement de l’A6/A7 et sa transformation en boulevard urbain conditionnée à des travaux qui pourraient être réalisés d’ici… 6 à 8 ans ! Quant au contournement Ouest dit « anneau des sciences », il est renvoyé à l’horizon 2030. Le maire dit avoir  invité l’ensemble des élus à réfléchir à ce que pourrait être le boulevard urbain après le déclassement de l’autoroute (voir Ecully magazine de ce mois). Comment est-il possible de se prévaloir d’une écoute des élus métropolitains alors que depuis plus de 2 mandats est constatée l’incapacité de notre commune  à travailler en entente avec l’inter-communalité (pour exemple flagrant très regrettable et préjudiciable : la rupture d’Ecully avec la TECHLID pôle économique et d’emplois le plus important sur l’Ouest Lyonnais).
  • Enquête déplacements : le retour en mairie devait être fait pour le 14 mai. Quel résultat en attendre après tant d’années d’immobilisme et aucune préoccupation des infrastructures ni plan d’urbanisme alors qu’il y a avalanche de nouveaux programmes de construction que les écullois découvrent avec surprise  et inquiétudes depuis les dernières élections municipales. Comme trop souvent les élus majoritaires seront ils seuls à décider et à se ranger bien disciplinés derrière leur chef de file ? A propos de déplacements en ville, l’état de la chaussée et de nombreux trottoirs démontrent un sérieux délabrement. A cela s’ajoutent de nombreuses difficultés de circulation dont les dernières très insupportables aux heures d’affluence au niveau des travaux importants (durée 1 an) en direction de la rue Marietton (face à l’école d’horticulture). A noter aussi que ces travaux de construction d’une station de désenfumage de tunnel ont nécessité un déboisement important d’un espace boisé classé avec acceptation bien silencieuse de nos élus majoritaires…alors que d’autres sites étaient possibles.DSCN4383

En questions ???? le grand vide Euronews et autres….

DSCN4401Un grand vide…. Euronews et une municipalité qui se contente de lamentations sans capacité d’intéresser un entrepreneur. Il faut dire que depuis la démission de la Techlid il sera encore plus difficile de trouver preneur, le développement d’activités se faisant partout sauf à Ecully.

Autres observations : la destruction partielle d’un site boisé classé

.DSCN4383Devant le fait accompli ? Comment pouvait il en être autrement ? A l’origine, une enquête publique sur ce projet sans réelle information pour les écullois : l’affichage de l’annonce de cette enquête était resté très discret, se contentant des dispositions strictement réglementaires, dont bref article dans le bulletin municipal du mois de septembre dernier (page 9). Le résultat fut la faible mobilisation des riverains et des écullois (seulement 4 observations sur le registre d’enquête !!!). Ce déficit d’observations ou d’opposition à ce projet a eu pour conséquence le choix de cet « espace boisé classé » alors que d’autres emplacements étaient proposés. Très surprenant qu’un maire puisse dire qu’il a été mis devant le fait accompli (voir la presse régionale à ce sujet) à propos de ce chantier très important qui  durera un an et impactera fortement cette partie de la commune ainsi que son proche voisinage.  Serait-ce un maire sans pouvoir dans les instances décisionnaires?

Enquête actuelle sur les déplacements urbains : plus de 15 ans d’immobilisme ou de mauvais choix (par exemple : les navettes) pour arriver à quoi ? Un effet d’annonce supplémentaire qui restera sans suite effective vu le peu d’écoute auprès du Sytral. On espère le contraire mais il faut se souvenir de la navette qui pendant les mandats précédents  a coûté aux écullois une participation de 325000 euros, encore aggravée actuellement par l’installation depuis le début d’année d’une navette à destination des étudiants des grandes écoles qui tourne à vide… La presse dénonce un « FLOP » pour cette coûteuse navette annoncée comme utile et nécessaire à 6500 étudiants…qui ne correspond pas du tout à leurs attentes. Démonstration est faite d’élus qui méconnaissent le terrain et préfèrent décider seuls dans un bureau confortable à distance des réelles préoccupations des écullois.

TECHLID : pôle et réservoir d’emplois, de développement économique apprécié des communes de Champagne, Charbonnières, Limonest et Dardilly. Sur décision des élus et impulsion du maire notre commune s’est  retirée de la Techlid en début d’année : la cause ? une mesure de rétorsion la présidence  ayant échappé à Ecully… Et que dire  des conséquences désastreuses pour Ecully, l’emploi, la création et l’installation de nouvelles entreprises ? le commerce dont la restauration souffre déjà des disparitions d’Euronews, Sopra qui se chiffrent  par centaines d’emplois déplacés. Sur le site SOPRA on construit des lits… sur le site d’euronews on préfère des barricades, Ecully sommeille de plus en plus profondément préférant la literie et ignorant le réveil à l’emploi.

DSCN4396Belle illustration du barrage à l’emploi sur le site des bâtiments vides ex-Euronews. Déjà 2 ans….

Embauche de 3 stagiaires : encore un effet d’annonce : la presse a bien précisé que ces postes de formations n’étaient pas préparés… Quelle indigence de se réjouir de l’embauche de 3 stagiaires alors qu’existe un réel problème de management préjudiciable au personnel, consécutif au peu de réelle expérience et préoccupation  de l’exécutif dans ce domaine. Il faut remarquer que l’occupation de certains postes d’élus n’est que le fait politique  imposé au menu électoral… et en particulier lorsqu’il y a nécessité de « ratisser large » pour assurer une réélection.

La Culture à Ecully : rangée à la 9ème place des adjoints…pour l’éloigner des autres priorités. Surprenant de constater qu’au niveau de l’exécutif la Culture est dirigée depuis La Tour-de-Salvagny. N’y avait-il parmi les écullois et éculloises une compétence proche du terrain, plus présente résidant et demeurant réellement sur la commune conformément aux exigences préfectorales lors de l’acte de candidature ?

Autre point préoccupant échappant à nos élus : la porte à l’entrée du Centre Culturel très lourde à manoeuvrer nécessiterait une motorisation pour faciliter l’accès. Etonnant qu’un maire-médecin ne se préoccupe pas de cet aspect…. et de la nécessité de supprimer l’eau stagnante des 2 bacs propice aux développement des « tigres »moustiques.

3-4Sur le chemin de Charbonnières, des blocs bétons restent et ne sont pas sans impacts sur les carrosseries compte tenu de la circulation importante sur cette voie étroite en virage, à visibilité réduite. Il y a eu plus de diligence pour supprimer une chicane « alternat » proche  du numéro 7 du chemin de Charbonnières qui devait gêner un élu proche de cette adresse…

DSCN4400Des nouveaux logements sous constat d’huissier. Gêneraient ils un élu demeurant près de cet endroit ?

La navette 75 en questions… suivie d’autres questionnements

  • Navette N75 : mise en exploitation début janvier avec un déficit d’exploitation prévisionnel de 14000 euros partagé par moitié entre la commune et le Sytral, elle conduit a la déroute et ponctionne financièrement les écullois qui ont déjà participé aux coûts d’une précédente navette  dont l’exploitation avait coûté 325000 Euros à charge de la commune sur 13 ans pour des parcours mal étudiés et en conséquence faits presque à vide. On réitère avec un bus-navette baptisé N75 à  l’usage des étudiants (notamment des grandes écoles), pour un parcours à partir de l’Ecole Centrale et permettant à ces étudiants de rejoindre Carrefour Grand Ouest (Le Perollier) à raison d’un Aller-Retour journalier (départ 12H20 et retour 13H30). La fréquentation actuelle étant de 3 à 5 étudiants/jour, pour un coût de 7000 euros annuels à la charge de la commune pourquoi la maintenir? Pourquoi avoir accepté cette navette sans une sérieuse étude et une concertation avec l’ensemble des élus et des intéressés sur les probabilités de fréquentation? Ce constat tend à laisser penser que le co-voiturage ou l’appel à un VTC  serait mieux adapté et moins coûteux… Qui est capable d’en prendre la décision? Avec une gouvernance incapable de se faire entendre et de s’imposer au Sytral, il n’y a plus de solution sauf celle de payer… Et on nous parle d’économies ?
  • IMG_3687Promesse d’aménagement de la maison de gardien du parc de la Condamine : pourquoi cette réhabilitation  dans une bâtisse dont l’intérieur est inhabitable, à l’abandon depuis bien longtemps?   Elle nécessitera des frais de rénovation très importants alors que le Nouveau Centre Culturel a été tronqué de 300 m2,  superficie qui fait défaut aux associations dont certaines ont été contraintes à une migration dans d’autres communes. Pour juger du délabrement de cette partie de bâtiment annexé au Centre Culturel et dénommé « La Chevalerie », ne pas hésiter à demander en mairie une visite guidée de ces lieux volontairement laissés à l’abandon : la décision finale sous des prétextes et explications douteux étant de les laisser en l’état, contrairement à ce qui avait été prévu et promis lors de l’inauguration précipitée du nouveau  Centre Culturel à la veille des élections municipales de Mars 2014  La partie du centre culturel restée inachevée aurait été bien utile pour l’association du groupe d’histoire et le stockage dans de bonnes conditions sécurisées de leurs archives.
  • Trésorerie d’Ecully: elle est fermée définitivement depuis Décembre dernier. Que deviendra ce bâtiment remarquable?IMG_3684
  • Frénésie de constructions immobilières dans le désordre, sans vrai plan d’urbanisme : à qui profite t-elle? La presse régionale a pris le relais  des nombreuses remarques faites à ce sujet sur le blog et fait état  de pistes de réflexion pour un urbanisme plus harmonieux (Le Progrès du 28/12/2014). Un constat inquiétant : après l’avalanche de permis de construire délivrés pour de grands programmes immobiliers depuis les dernières élections municipales, il est trop tard pour envisager ou réfléchir à un développement harmonieux de la commune…Après la démission de M.Lardy ex-adjoint à l’urbanisme il y a bien des questions à se poser sur le devenir de la commune passé de village à ville sans réelles réflexions pour un plan d’aménagement concerté et réfléchi. Quant à la mixité sociale, elle est rejetée de l’autre côté de l’autoroute : comment pourrait il en être autrement avec  des promoteurs qui construisent à des prix très élevés (jusqu’à 4500euros et plus le m2) inaccessibles pour beaucoup…..photo 5-3photo 4-3
  • Ecully, ville vieillissante : Dans son article du 28 décembre dernier la presse régionale ( Le Progrès) le signale. C’est un état de fait, et la conséquence logique d’un habitat inaccessible en raison des prix excessifs de l’immobilier local dont le centre ville. A remarquer aussi que nombre d’étudiants du Campus se détournent de la vie communale particulièrement morne les soirs et les week ends, lui préférant les attraits de Lyon.
  • A quand la diffusion internet du magazine municipal pour les foyers équipés, ce qui permettrait une réduction très sensible des coûts papier et d’impression (tirage actuel à 9000 exemplaires).

Ecully et son retrait de la TECHLID

Pour rappel : sous divers prétextes très discutables probablement liés au fait qu’ Ecully  n’a pu en obtenir la présidence, il a été décidé pour la commune le retrait de la TECHLID avec effet au 1er janvier 2015 faisant fi des probables conséquences négatives sur l’économie et l’emploi (Conseil Municipal décembre 2014). Même regrettable constat pour la commune de Tassin. Les intérêts personnels de certains élus décisionnaires sont contraires à l’intérêt général, ce retrait de la TECHLID en est l’exemple type.

Est-ce une décision pertinente et réaliste car il semble bien qu’il y aura plus à perdre qu’à gagner. Aux citoyens de juger.

Parc d’affaire Techlid : situé à 15 Kms au Nord Ouest du centre de Lyon, le Pôle Economique Ouest du Grand Lyon constitue le second pôle tertiaire de l’agglomération lyonnaise.

Le développement technologique, la présence de grandes écoles de rayonnement international, de nombreux centres de recherche et de centres techniques ainsi que d’entreprises à caractère technologique constituent un véritable potentiel en matière de développement économique, de création d’entreprises, de fertilisation croisée, de diffusion de l’innovation, de transfert de technologie. Suite à son retrait de la TECHLID Ecully ne mérite plus d’y figurer et s’éloigne de cette dynamique pour mieux s’endormir… tandis que d’autres communes telles Lissieu qui vient de rejoindre cette entité s’éveillent aux intérêts présentés par ce pôle économique (source importante d’activités et d’emplois) existant depuis plus de 15 ans.

TECHLID : Tassin Ecully Champagne Limonest Dardilly  et Lissieu récemment rallié.

 

Le débat d’orientation bidon (D.O.B)

Le DOB 2015: « débat d’orientation budgétaire » ou autrement dit  : débat d’orientation « bidon » tel qu’il a été présenté en début d’année.  La présentation en Conseil municipal a été désastreuse par ses imprécisions sans chiffrage ni projets précis. Le pire est à craindre pour la gestion du Budget. Probablement des dérives financières à suivre avant le naufrage et le renflouement futur par une augmentation des impôts et le recours a l’emprunt ?

Au titre des augmentations d’impôts, le constat fait avec ce qui s’est passé à la METROPOLE n’est pas rassurant:

Le maire qui s’est élevé (dans un article d’Ecully Magazine) contre l’augmentation des impôts décidée en première séance de la Métropole, s’est bien caché de dire qu’au cours de la même séance les élus métropolitains se sont octroyés une augmentation de 20% de leur indemnité dont il profite également. Ce n’est certainement que la première feuille du millefeuille métropolitain bien indigeste qui n’augure rien de bon sur des conséquences au plan communal, les mauvaises habitudes de nos élus étant prises et renouvelables à l’infini.

IMG_2834
Le débat d’orientation bidon