Ecully ou Ecullits?

Maintes fois constaté en public  et dans la presse : l’endormissement et le déclin d’Ecully, les erreurs de la gouvernance actuelle qui handicapent l’avenir.

En conclusion : Ecully va t-elle se contenter de devenir Ville dortoir ? Faudra t-il la rebaptiser « Ecullits »?

  • Immobilisme : nos élus de la majorité se complaisent dans une attitude de piétinement qui plonge la ville dans nombre de questionnements sans apporter de solutions ni objectifs d’avenir. De l’avis de beaucoup de citoyens rencontrés, l’obscurité entretenue à la lecture de la présentation du DOB et de l’adoption du Budget entretient des inquiétudes à propos du bilan final dont le solde risque de ne pas être aussi positif que les annonces de bonne gestion sans cesse renouvelées sur des bases floues et douteuses. A remarquer : par la cession de terrains ou de biens communaux 7,5 millions d’euros ont été engrangés et participent à une présentation favorable de gestion. Mais sur le fond, cette chasse aux trésors de plus en plus active qui dilapide le patrimoine écullois ne cache t-elle pas un équilibre de budget précaire?
  • Le chemin de Charbonnières : fermé à la circulation depuis Novembre 2016. Réouverture envisagée dans quelques mois ? possible grâce à la présentation d’une solution proposée par une association très active (Les Amis du Bois de Serres) qui a présenté un projet issu du bon sens et des exemples réalisées par ailleurs depuis de nombreuses années pour lutter contre l’affaissement de talus. Ce projet est venu au secours de nos étriqués élus majoritaires en mal de réflexion et d’imagination: il offre la solution la moins coûteuse à la retenue des terres consistant en la pose de grillages ancrés dans les talus et recouverts au fil du temps par la végétation naturelle. Félicitations à cette association qui obtiendra probablement une bonne écoute de ce projet à la Métropole malgré l’handicap du peu d’audience du maire d’Ecully mis dans l’obligation  de prendre le relais de cette proposition auprès de cette grande instance décisionnaire.
  • La circulation à Ecullits : de plus en plus difficile, de nombreux blocages, des files continues de voiture aux heures de pointe et aux abords des écoles, des stationnements anarchiques d’automobilistes étrangers à la commune qui choisissent des parkings privés pour faire étape, éviter les contraventions et prendre des transports en commun. Faute de véritable plan de déplacements, la place est laissée aux bouchons, à la paralysie, à la pollution, à la pénurie de parkings, à l’absence de parc relais.
  • La fuite de l’EM: bien cachée lors de la présentation des voeux du maire qui n’a démontré aucune capacité à retenir cette remarquable Ecole de Management. Démonstration et preuve supplémentaires du peu de poids de nos élus majoritaires auprès de la Métropole. Le Campus dont s’enorgueillissaient nos élus s’en trouve très amputé, en conséquence reste t-il encore bien justifié de réclamer auprès de la Métropole une demande de ligne « Bus Express » visant à faciliter la jonction des Campus avec les grandes gares de Lyon,  au moment où le nombre d’étudiants va décroître fortement  dès le départ de l’EM?
  • Le retrait injustifié d’Ecullits auprès de la TECHLID pourtant grande pourvoyeuse d’emplois ajoutée au déménagement de l’EM ajoutera à l’immobilisme et l’engourdissement de la ville….  sur bases de grandes craintes non seulement pour l’emploi mais aussi le commerce, la vie attractive . Le peu de présence sur le terrain du premier magistrat en dehors de périodes pré-électorales fait qu’il n’y a aucune prise de conscience de cette désertification déjà présente et ses conséquences. Ecullois dormez tranquilles, les élus de l’exécutif ne vous réveilleront pas….
  • Nouvelles constructions : Carré TERVER (derrière magasin Casino du centre).   L’emprise des immeubles en vis-à-vis construits sous dénomination Carré TERVER n’est pas très vert et ampute l’avenir du centre ville par cette présence bétonnée qui va l’asphyxier davantage et porter ombrage aux immeubles existants. Un arbre bien seul tente de résister  à son emprisonnement. Démonstration est faite par ces constructions de la totale absence de projet d’urbanisme et d’ambition, preuve qui persiste en l’incohérence des implantations et les décisions d’un unique arbitre….à la plume très « encrée » en signatures de permis de construire. Cette enclave détruit toute rénovation réfléchie, agréable, pratique et aérée du centre ville. Autre constat inquiétant : les manœuvres de véhicules de secours incendie en cas d’urgence seront elles aisément possibles?
  • Autre point noir à éclaircir : la barre de logements en construction sur le domaine de Charrière BlancheCette barre de hauteur R+5 à R+7 (140 logements dont 105 en résidence étudiante)) occultera totalement la vue depuis fenêtres et balcons des habitants actuels sur espaces verts boisés.    Ci-contre une vue des espaces boisés qui seront occultés et tennis, parkings, espaces de respiration qui sont déjà supprimés. Pourquoi ces constructions au permis délivré dans une subite précipitation et malgré une pétition bien vite étouffée… par des arrangements au montant important  objets de questions et rumeurs publiques?  Pourquoi ces logements étudiants alors que nombre d’immeubles existants sur ce site sont pratiquement vides (pour exemple: un immeuble qui n’a que 6 appartements occupés sur 30 disponibles et un taux d’occupation très faible sur l’ensemble des autres immeubles) . Une incohérence de plus au moment où  le fameux Campus rêvé par nos élus sera déserté par des milliers d’ étudiants dès le départ de l’EM.
  • A proximité (face à l’EM et proche de l’hôtel Campanile) un autre permis de construire assez discret annonce la création d’une nouvelle résidence étudiante. Un doublon de plus…. les incohérences sont bien présentes sur la commune.
  • Le projet de boulevard urbain en lieu et place de l’autoroute A6 en voie de déclassement : du très long terme à perte de vue… les écullois ont reçu une convocation virtuellement imagée pour s’exprimer en 2 temps…  Effet d’annonce trompeur puisque c’est le travail préalable des autres communes impactées qui permettra l’aboutissement, le TOP départ de l’Etape éculloise ayant été pris avec trop de retard et sans entente avec l’intercommunalité. Encore du BLA-BLA-car notre acteur retardataire tente de rendre crédibles les déplacements de landaus, poussettes, trottinettes,vélos, tous déplacements doux sur un  hypothétique boulevard qui restera encore nombre d’années en attente du détournement de la circulation.  Le contournement des voies de circulation dont on ne voit pas le bout des tunnels prendra beaucoup de temps…qui échappera aux élus non reconduits après les élections municipales de 2020.
  • Pour terminer : un aspect positif de la semaine écoulée principalement dû au travail ainsi qu’au partenariat avec Lyon pour le Festival International Quai du Polar développé par les responsables de l’équipe  et son directeur attachés à l’animation du Centre Culturel. L’inauguration ce Vendredi 6 Avril a été un succès, le public est venu nombreux. L’exposition prendra fin le 29 avril.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

ECULLY et les promoteurs

 

Photo de gauche : bureau de vente pour les constructions en cours qui vont asphyxier visuellement le centre ville (derrière la supérette Casino). Photo de droite : Ogic oeuvre à Charrière Blanche en détruisant espaces de vue et de vie. (voir article précédent sur ce blog))

Coïncidences ou non ??

Sur Ecully  ont agi ou agissent un certain nombre d’entités  immobilières et en particulier : OGIC, KAUFMAN & BROAD, NOAHO-SOGEPRIM,  lesquelles parmi d’autres ont bétonné ou bétonnent dans le désordre  la commune jusqu’au coeur de ville. Derrière certaines de ces entités multiples qui appartiennent à de grands groupes, il y a semble t-il la présence ou l’influence du très important groupe Dentressangle possédant entre autres des initiatives immobilières. A observer: la présence d’un conseiller municipal élu à Ecully dont l’activité professionnelle est définie comme suit sur internet: « travaille chez OGIC-Dentressangle initiatives » après un emploi dans le groupe immobilier PROMOGIM désormais entré dans le groupe Dentressangle.  De l’avis des écullois ce constat nécessiterait une explication précise répondant aux interrogations  d’habitants qui se disent surpris par les avalanches de constructions et s’inquiètent des liens possibles ou supposés qui courent les rues….

A remarquer : l’ancienne chapelle du Pérollier cédée par la commune(ex-patrimoine immobilier située proche du restaurant « La Criée »)  arbore désormais en grande dimension le sigle AXA depuis sa transformation en bureaux. Si l’on en croit des informations assez précises,  un membre  dirigeant  le groupe Dentressangle était vice-président du conseil d’administration de AXA (avant d’en démissionner fin 2016). Des habitants se demandent  s’il y a un lien avec le groupe Dentressangle et la présence d’AXA (propriétaire de ces  locaux rénovés) sur la commune?

Pourquoi laisser à l’abandon la façade du bâtiment patrimonial ci-dessous (place du marché-maison d’accueil AVF) dont l’aspect repoussant ne peut laisser indifférents les nouveaux ou anciens écullois, les habitués du marché, les passants …. Y aurait il un projet de vente de ce bâtiment « en l’état » qui pourrait expliquer cette « situation gelée depuis longtemps »?

Autres questionnements : pourquoi avoir permis la construction sur le domaine de Charrière Blanche d’une longue barre de 140 logements déjà réprouvée dans ce blog (voir article précédent) baptisée à tort « Carré West »  et par ailleurs  l’implantation en cours d’immeubles qui asphyxient le centre d’Ecully  ?  (verrues centrales en vis-à-vis cachées derrière la supérette Casino du centre ville).

Question subsidiaire : pourquoi sur ECULLY des noms de résidences  en anglais ou en « franglais » : Carré West, Park West ?

La vie ne sera plus aussi belle que promis sur la commune trop longtemps décrite  abusivement « Village » et livrée aux toupies à béton qui ensevelissent espaces de « respiration »verts ou fleuris sans sérieux plan urbanistique. Le réveil dynamique souhaité par les citoyens et les commerçants d’Ecully restera définitivement dans les rêves.

A propos du prochain conseil municipal :

Les valeurs patrimoniales :  la tendance de l’exécutif est de vendre des immeubles et leurs terrains sans rendre compte aux citoyens de la réaffectation des sommes perçues : au moment de la présentation du budget d’orientation budgétaire 2018 des explications sont souhaitées, le but et la transparence à propos de ces transactions relatives à des biens du patrimoine s’imposent.

L’autorisation probable de travaux coûteux du pavillon de la Condamine en piteux état intérieur, très humide, non entretenu depuis des années et sans chauffage:  un retour de promesses électorales au groupe d’Histoire? Il y a bien d’autres besoins et nécessités plus urgents. Pourquoi cette précipitation incohérente alors que les sportifs ont été dans l’obligation de patienter durant plusieurs mandatures pour obtenir la construction d’un nouveau centre sportif qui s’imposait en raison  de la grande vétusté et l’insécurité des bâtiments. Les sportifs sont bien méritants…d’avoir attendu aussi longtemps.

Se souvenir aussi que le Centre Culturel a environ 300 m2 non réhabilités pourtant promis aux associations et où le groupe d’histoire aurait pu trouver place pour stocker ses archives au lieu d’imposer la coûteuse rénovation du pavillon de la Condamine qui ne sera utilisé que par cette seule association…

SECURITE : L’abusive et contestée construction en cours d’une  barre de 140 logements sur le domaine de Charrière Blanche (voir article précédent) va créer un afflux de circulation automobile sur cet ensemble résidentiel où existe un groupe scolaire important avec de jeunes enfants. Est-ce bien raisonnable et sans danger ?

ALERTE SECURITE : Terrain de foot en « gazon » synthétique à base de granulats de pneumatiques recyclés: une émission TV  sur antenne 2 « Envoyé Spécial » de ce 22 février 2018 alerte sur les graves dangers de ces granulats susceptibles de provoquer des maladies graves et cancers. Un écullois chimiste de formation dont la maison est proche du terrain synthétique s’était déjà plaint des odeurs dégagées par forte chaleur et des risques  expliqués dans l’émission d’hier mais tout est fait pour démentir un constat aux possibles lourdes conséquences.

Fermeture du chemin de Charbonnières : situation désespérément figée.

 

 

Ecully : le temps des cagoules

Un nouveau gang unijambiste qui sévit à Ecully ou un nouveau gag ? Qui se cache sous ces cagoules ? N’ayez crainte vous avez le temps de répondre sans qu’il vous en coûte puisque ces têtes d’horodateurs sont masquées. C’est très moche en plein centre ville : le personnel qui a fait ce travail absurde n’aurait il pas été plus utile à d’autres tâches ? A Ecully on aime l’ART…. de perdre du temps !!! Bonnes vacances à tous et à toutes et bonnes courses en sacs poubelles….

Rappel: profitez de vos vacances pour laisser vos commentaires sur ce site mis à votre disposition.

 

RETRO-VISION

La Culture vue de LA TOUR : pourquoi une culture dirigée depuis La Tour de Salvagny ? N’y avait il pas sur Ecully une candidature capable de répondre a cette fonction avec plus de competence et de présence qui ne sont pas les atouts de l’actuelle adjointe a la Culture : elle ne réside ni ne demeure a Ecully depuis bien avant les dernières élections municipales, situation anormale et réelle répétition du peu d’implication constatée dans un mandat precedent (2001-2008) uniquement imposée par un choix excessivement politique qui ne devrait pas avoir place dominante dans le domaine culturel. 

Désormais certaines orientations de la Culture mettant en filigrane photographique l’actuelle adjointe relèvent d’une sculpture-spectacle basique type « Vu a la Tele » (qui rameute principalement un public non ecullois) et pour laquelle il faut combler les couts par une forte augmentation de subvention (20000 Euros supplémentaires)…

Encore un exemple du peu d’intérêt pour la Culture : le Centre Culturel est fermé 3 matinées par semaine !  le maire refusant une permanence par un gardien.

Autre questionnement Culturel : pourquoi cet engouement des élus majoritaires pour une édition du livre d’Histoire de la ville avec une participation financière si importante décidée par le maire lors de son lancement qui revendique une commande de 1100 volumes + une réédition au prix unitaire de 42 Euros ? pourquoi cet éditeur « Spirit Communication » et comment a t-il été sélectionné, quelle liaison cache éventuellement ce choix? il serait intéressant et primordial d’en connaître la justification.

Le deploiement de cameras : elles sont de plus en plus nombreuses et très couteuses pour un resultat très contestable puisque aucune  assurance  a l’appui quant aux permanences du personnel suppose observer et surveiller en direct. Le nombre de vols en chiffres reels avant correction politicienne est en nette augmentation sur la commune, bien des ecullois en ont subi les dommages. Les insuffisances de résultats par les « cameras  aveugles » nécessitent désormais la présence d’un maitre chien associe a un budget supplémentaire de 35000 euros… Entre budget cameras excessif et budget canin supplémentaire le maire occulte d’autres demandes prioritaires.

Bientôt des tigres élevés au centre culturel d’Ecully ?

Affaire piquante… bientôt des « tigres »  au Centre Culturel d’ECULLY ? L’eau stagnante dans les bacs de chaque côté de l’entrée du Centre Culturel déjà signalée l’année dernière reste d’actualité: situation propice au développement, à la prolifération des moustiques. En périodes de fortes chaleurs, la porte d’entrée reste ouverte aux moustiques désireux de piquer les visiteurs.

Bienvenue au Centre Culturel ! Merci Monsieur le maire si peu présent sur le terrain…

photo 5

Ci-dessus : photo de l’année dernière.

20160629_165853

Ci-contre photo récente (ce mois de Juin) : toujours le même état déplorable…. avec reflet verdâtre de façade du Centre Culturel.

Pour limiter la prolifération du moustique tigre :

Le moustique tigre, de son vrai nom Aedes albopictus, s’est progressivement implanté dans le Rhône. Il peut être « vecteur » dans certains cas de la dengue, du chikungunya et du zika.
Le moustique se développant dans des petites quantités d’eau, il est essentiel de limiter  les lieux de ponte en vidant ou en éliminant tous les récipients pouvant contenir de l’eau (soucoupes, gouttières obstruées, stockage d’objets en plein air…). A Ecully on fait tout autrement, on se contente d’articles et d’effets d’annonce  mais on n’agit pas concrètement, il n’y a que les moustiques qui ne s’endorment pas….contrairement aux élus exclusivement politiques.

Les déplacements en ville: accès et excès pénalisants

Les déplacements en ville ? 15 années d’immobilisme. Beaucoup de questions auxquelles aucune réponse n’est apportée : depuis les dernières élections municipales une avalanche de programmes immobiliers qui représentent plus de 500 logements (soit plus de 1200 habitants) se solde par une multitude de difficultés de déplacement qui s’aggraveront. Pour les piétons, nombre de trottoirs sont en très mauvais état. Pour les automobilistes, la chaussée très dégradée en bien des points et ponctuée par des ralentisseurs dont la plupart sont fatigués ou hors normes, la circulation sera de plus en plus difficile. Une remarque : la suppression d’une chicane sur le chemin de Charbonnières, sans doute gênante pour  un habitant Elu municipal très proche ! Quant aux parkings ils sont déjà insuffisants. A déplorer aucun plan d’action cohérent, aucun projet d’infrastructures lié aux nouvelles constructions et les impacts, aucune vision d’avenir, nos élus majoritaires laissent mourir les inquiétudes et réclamations justifiées des écullois qui constatent un laissé pour compte… de leurs observations. L’enquête publique actuelle…   arrive après 15 ans  de mandat aveugle sur les déplacements. Restera t-elle comme les précédentes au stade de questionnaire ?

  •  Excès : encore un nouveau programme immobilier de 140 logements...ajouté aux 500 logements déjà constatés : CHEMIN DES MOUILLES (en limite de Charrière Blanche et Ecole centrale) : Où est le caractère village? Il n’existe plus que dans les livres d’Histoire.

    Caractère « Village »: qualificatif inapproprié uniquement politique pour un passé largement dépassé.

  • DSCN4400

  • Centre Culturel : la motorisation de la porte d’entrée réclamée restée sans effet pour un bâtiment recevant du public (ERP). Tant pis pour les personnes en situation d’handicap ou à mobilité réduite et surprenant de la part d’un maire médecin.
  • Positif : le blog a été suivi d’effet : cette lèpre a été grillagée récemment. Reste à déplorer :  les tôles  restées en place et visibles derrière ce grillage.
    Portes ouvertes au niveau des 3 Renards. N'entrez pas à Ecully sans frapper.
    Portes ouvertes au niveau des 3 Renards.

    Au centre culturel : un paillage au pied des plantations a dissimulé les toiles.  2 ans pour cette amélioration esthétique et effacer  le  mauvais  état ci-dessous !   IMG_2333

  • Négatif : les bassins à l’entrée du centre culturel : une eau stagnante envahie par les algues rouges et sans doute prochain refuge de moustiques…actualité piquante.

La navette 75 en questions… suivie d’autres questionnements

  • Navette N75 : mise en exploitation début janvier avec un déficit d’exploitation prévisionnel de 14000 euros partagé par moitié entre la commune et le Sytral, elle conduit a la déroute et ponctionne financièrement les écullois qui ont déjà participé aux coûts d’une précédente navette  dont l’exploitation avait coûté 325000 Euros à charge de la commune sur 13 ans pour des parcours mal étudiés et en conséquence faits presque à vide. On réitère avec un bus-navette baptisé N75 à  l’usage des étudiants (notamment des grandes écoles), pour un parcours à partir de l’Ecole Centrale et permettant à ces étudiants de rejoindre Carrefour Grand Ouest (Le Perollier) à raison d’un Aller-Retour journalier (départ 12H20 et retour 13H30). La fréquentation actuelle étant de 3 à 5 étudiants/jour, pour un coût de 7000 euros annuels à la charge de la commune pourquoi la maintenir? Pourquoi avoir accepté cette navette sans une sérieuse étude et une concertation avec l’ensemble des élus et des intéressés sur les probabilités de fréquentation? Ce constat tend à laisser penser que le co-voiturage ou l’appel à un VTC  serait mieux adapté et moins coûteux… Qui est capable d’en prendre la décision? Avec une gouvernance incapable de se faire entendre et de s’imposer au Sytral, il n’y a plus de solution sauf celle de payer… Et on nous parle d’économies ?
  • IMG_3687Promesse d’aménagement de la maison de gardien du parc de la Condamine : pourquoi cette réhabilitation  dans une bâtisse dont l’intérieur est inhabitable, à l’abandon depuis bien longtemps?   Elle nécessitera des frais de rénovation très importants alors que le Nouveau Centre Culturel a été tronqué de 300 m2,  superficie qui fait défaut aux associations dont certaines ont été contraintes à une migration dans d’autres communes. Pour juger du délabrement de cette partie de bâtiment annexé au Centre Culturel et dénommé « La Chevalerie », ne pas hésiter à demander en mairie une visite guidée de ces lieux volontairement laissés à l’abandon : la décision finale sous des prétextes et explications douteux étant de les laisser en l’état, contrairement à ce qui avait été prévu et promis lors de l’inauguration précipitée du nouveau  Centre Culturel à la veille des élections municipales de Mars 2014  La partie du centre culturel restée inachevée aurait été bien utile pour l’association du groupe d’histoire et le stockage dans de bonnes conditions sécurisées de leurs archives.
  • Trésorerie d’Ecully: elle est fermée définitivement depuis Décembre dernier. Que deviendra ce bâtiment remarquable?IMG_3684
  • Frénésie de constructions immobilières dans le désordre, sans vrai plan d’urbanisme : à qui profite t-elle? La presse régionale a pris le relais  des nombreuses remarques faites à ce sujet sur le blog et fait état  de pistes de réflexion pour un urbanisme plus harmonieux (Le Progrès du 28/12/2014). Un constat inquiétant : après l’avalanche de permis de construire délivrés pour de grands programmes immobiliers depuis les dernières élections municipales, il est trop tard pour envisager ou réfléchir à un développement harmonieux de la commune…Après la démission de M.Lardy ex-adjoint à l’urbanisme il y a bien des questions à se poser sur le devenir de la commune passé de village à ville sans réelles réflexions pour un plan d’aménagement concerté et réfléchi. Quant à la mixité sociale, elle est rejetée de l’autre côté de l’autoroute : comment pourrait il en être autrement avec  des promoteurs qui construisent à des prix très élevés (jusqu’à 4500euros et plus le m2) inaccessibles pour beaucoup…..photo 5-3photo 4-3
  • Ecully, ville vieillissante : Dans son article du 28 décembre dernier la presse régionale ( Le Progrès) le signale. C’est un état de fait, et la conséquence logique d’un habitat inaccessible en raison des prix excessifs de l’immobilier local dont le centre ville. A remarquer aussi que nombre d’étudiants du Campus se détournent de la vie communale particulièrement morne les soirs et les week ends, lui préférant les attraits de Lyon.
  • A quand la diffusion internet du magazine municipal pour les foyers équipés, ce qui permettrait une réduction très sensible des coûts papier et d’impression (tirage actuel à 9000 exemplaires).

Ecully : Les contradictions et effets d’annonce de la gouvernance actuelle…

photo 5-3

-Plein Centre Ville: place aux promoteurs :
Pour exemple : Parmi de nombreux autres : programme immobilier en lieu et place de cette demeure promise à démolition prochaine. Où se situe ECULLY-VILLAGE? trop nombreuse délivrance de permis de construire (plus de 400 logements) sans véritable plan d’urbanisme ni préoccupation des infrastructures (voies de circulation, stationnement et parkings), ni dispositions à propos des perturbations et conséquences engendrées par ces nombreux travaux. Des désordres qui vont impacter fortement et durablement la qualité de vie sur la commune qu’il faut cesser de décrire  « Village ».

La vraie-fausse inauguration du Centre Culturel : bâtiment dit  « La Chevalerie »  (ex-maison de la Rencontre) : 300 m2  non rénovés qui font défaut au bon fonctionnement. Lors de l’inauguration officielle en période pré-électorale cet aspect a été volontairement caché aux citoyens pour minimiser le coût réel…à venir qu’il faudra inscrire aux prévisions budgétaires actuelles. Pour le moment, l’entrée de ce bâtiment laissé à l’abandon est  » d’accès interdit au Public »

IMG_2128

Réchauffement climatique : inciter à la réalisation de toitures végétalisées dans les nouvelles constructions (Développement durable-agenda 21). Engagement non respecté qui s’est soldé par l’abandon de réalisation  de toiture végétalisée initialement prévue dans le projet de rénovation de l’ex-Maison de La Rencontre. Un abandon préjudiciable et incohérent,  en totale contradiction avec ce qui avait été initialement prévu par l’ensemble « économiste-architecte ».

Déplacements doux : des vélos électriques avaient été achetés par la mairie au cours du mandat précédent mais ils ont bien vite disparu de la circulation…certainement emportés dans leur élan par des esprits sportifs mais mal intentionnés. Aucune précipitation  pour rechercher les auteurs de cet envol qui a un coût pour les contribuables. Coût sans doute ridicule eu égard à celui de la « Navette-Bus » qui a circulé trop souvent à vide pendant les 2 mandats précédents c’est-à-dire 13 années à raison de 25000 euros/an à charge de la commune.autrement dit des citoyens.. soit une dépense totale de 325000 Euros qui pourraient être bien utiles actuellement.

-Les pistes cyclables à tronçons et dangereuses ont déjà fait l’objet d’un article de ce blog. Pour les déplacements doux il faut y ajouter de nombreux trottoirs de la commune déformés ou trop étroits qui rendent les déplacements difficiles, dangereux ou impossibles dans le cas de personnes présentant un handicap.

-Il faudra aussi qu’un jour nos élus majoritaires daignent étudier un parcours piétonnier et cyclable sécurisés pour une liaison Ecully- Gare de Tassin, maintes fois réclamée par l’opposition sans aucun effet, la surdité politicienne de certains permettant d’esquiver réponse et décision. Pour un changement positif il serait souhaitable que les élus détachés à la Métropole-Grand Lyon ne se contentent pas d’une figuration fugitive dont le but prioritaire  serait de pointer afin de percevoir leurs indemnités comme cela se passait dans les précédents Mandats. Reste que le cumul actuel de fonctions et d’indemnités mériterait réflexion et limitations.

-Il est écrit dans l’Agenda 21 : « La commune mène un certain nombre d’actions visant à favoriser la promotion et le développement économique de son territoire par l’intermédiaire de TECHLID ».

 La présidence de TECHLID ayant échappé à Ecully, le choix a été le retrait avec les probables conséquences désastreuses  sur l’emploi et l’économie dont la commune subira les effets.

-Un site de la ville régulièrement actualisé (agenda 21) : ce n’est pas le cas, nombre d’informations ne sont plus du tout d’actualité et nécessiteraient une profonde mise à jour. Le site est obsolète,  il faudrait une refonte complète car d’autres communes font beaucoup mieux telles Dardilly, Meyzieu par exemple.

Réduction de la quantité de papier consommée : à ce propos il serait nécessaire de connaître le Budget réel (preuves à l’appui), de communication du Cabinet du maire qui ne semble pas faire preuve d’économie… Pour exemple : bien avant la période des dernières élections municipales et en préparation masquée de candidature  les écullois ont été abreuvés de nombreux documents imprimés très coûteux ayant pour seul but subliminal la promotion électorale de l’intéressé.

le DOB du présent mandat: « débat d’orientation bidon » ou autrement dit : débat d’orientation budgétaire. Cette présentation en Conseil municipal qui concerne le budget a été désastreuse, sans chiffrage ni projets précis. Le pire est à craindre en termes de gestion.

METROPOLE : Le maire qui s’est élevé (dans un article d’Ecully Magazine) contre l’augmentation des impôts décidée en première séance de la Métropole, s’est bien caché de dire qu’au cours de la même séance les élus dont il fait partie se sont octroyés une augmentation de leur indemnité de 20%. Ce n’est certainement que la première feuille du millefeuille métropolitain bien indigeste.

Surchauffe à propos de l’agenda 21

A lire sur le site internet de la commune : dispositions de l’agenda 21  » lutter contre le réchauffement climatique en incitant à la réalisation de toitures végétalisées dans les nouvelles constructions ». Propos à simple effet d’annonce car non respecté : pour exemple flagrant, la toiture du Centre Culturel. Lors du projet de rénovation, avait été prévue la couverture végétalisée du hall d’accueil. Option bien vite supprimée en haut lieu administratif de la mairie sans tenir compte du développement durable pourtant inscrit dans l’Agenda 21. Conséquence : cet été le hall d’accueil a été en surchauffe excessive à risques nuisant au confort du personnel, des usagers et des visiteurs. 

Les brûlures de l’été à Ecully. Etat des lieux d’Ecully-lez-béton

Plein Centre Ville
Plein Centre Ville. Un permis parmi bien d’autres…

En ces temps de fortes chaleurs, il faut non seulement se protéger du soleil mais aussi des politiques qui brûlent d’ambitions uniquement personnelles.

Au fil des articles de ce blog, ont été abordés des sujets importants à propos de la gouvernance de la commune dont voici en rappel un bref résumé à  ajouter aux lectures de l’été et aux interrogations de la rentrée :

 

 

-L’ AVALANCHE DE PERMIS DE CONSTRUIRE :

les logements cachés derrière Eugénie...en plein centre ville
les logements cachés derrière la belle  Eugénie…en plein centre ville (41 logements après démolition prochaine de la demeure ci dessous). Ecullois réveillez vous !

photo 5-3

Démolition prochaine de cette demeure pour laisser place aux promoteurs. On bétonne à « Ecully-Village »…Adieu le Village.

-la dernière campagne municipale avait parmi ses thèmes et discours la préservation « d’Ecully-village ». Rien que des mots et des maux dont il est possible de constater les conséquences présentes ou très prochaines. Les politiques n’appréciant pas la présence de grues ou de chantiers en période pré-électorale il fallait pour les candidats préserver un code de bonne conduite jusqu’aux urnes : Ecully devait garder son caractère village… Election passée, très grande place est laissée aux promoteurs qui construisent l’avenir bétonné d’Ecully. Pour preuve les nombreuses déclarations de travaux affichées en parfaite contradiction avec le programme de campagne sur le principe bien connu que « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ». Au fil des trottoirs les citoyens sont surpris et s’inquiètent : beaucoup d’autres questions se posent : plan d’urbanisme ? infrastructures ? circulation, parkings privés et publics, stationnement ? Quelles prévisions  et pourquoi tant d’imprévus ?

-DEMISSION DE L’ADJOINT à L’URBANISME :

Début juillet la Presse locale a informé les écullois de la démission de l’Adjoint à l’Urbanisme. Faut-il se contenter de cet article de presse et de sa version très officielle pour connaître les raisons réelles de cette démission ?

-LE BUDGET :

Le conseil municipal de mars 2015 a été consacré aux finances avec d’une part le compte administratif 2014 (le résultat de l’exercice 2014), et le budget primitif (le budget prévisionnel 2015)

En synthèse les points importants à retenir sont :

POUR LES DEPENSES
Une croissance des frais de fonctionnement de 7,7 % c’est la première année depuis bien longtemps que nous assistons à une telle dérive.
Le détail de ces frais montre une croissance des charges à caractère général (frais de fonctionnement) de 12,9%
Des frais de personnel qui augmentent de 5,4%
Des autres charges de gestion (subvention aux associations) 3,4%

POUR LES RECETTES
Une diminution des recettes de 6,5%, cette diminution des recettes étant principalement la conséquence de la diminution des dotations de l’état.

Ce budget met en évidence l’incapacité de la municipalité à faire des économies alors que nous savons que les recettes diminuent et vont continuer à diminuer notamment les dotations de l’état.
Les conséquences sont à court terme une augmentation de la fiscalité car la commune ne sera plus en mesure de financer ses frais de fonctionnement.
L’autofinancement étant en forte diminution voire nul très rapidement, il faudra soit limiter les investissements soit avoir recours d’une façon massive à l’emprunt.

Visiblement l’équipe municipale n’a pas pris la mesure des nouveaux enjeux économiques.

– LA TECHLID :

ECULLY et TASSIN se sont retirées de la TECHLID pour des raisons officielles très obscures et éloignées de la vérité, dont les conséquences ne seront pas négligeables pour ces communes. Il semble bien que cette décision non pertinente d’Ecully soit uniquement  liée (comme le suppose l’opposition dans son questionnement)  au fait non avoué de n’avoir pu en obtenir la Présidence : ainsi vont les décisions politiques nombrilistes sans préoccupation des répercutions sur l’emploi et l’économie. 

-LA METROPOLE :

Ecully et la Métropole : pour le moment a été passée sous silence dans le bulletin d’information « Ecully Magazine » le fait que les élus de la Métropole ont bénéficié d’une augmentation que l’on peut estimer excessive de leur indemnité. Pour rappel le texte intégral de la rubrique Focus (bien nommée) d’Ecully Magazine…

« Métropole :Ecully dit NON à l’augmentation des impôts !

A l’occasion du vote du budget de la Métropole de Lyon, le 26 janvier dernier, les deux conseillers communautaires d’Ecully, Yves-Marie Uhlrich (UDI) et Agnès Gardon-Chemin (UMP), ont voté contre la hausse de 5% des impôts métropolitains. « Cela pénalise nos concitoyens,qui,dans leur majorité subissent déjà une baisse de leur pouvoir d’achat » martèle le Maire. »

Dans cet article, il est fait abstraction par les élus intéressés de l’augmentation de 20% de leur indemnité qu’il est préférable de passer sous silence aux citoyens. Jeu de cash-cache politique qui n’augure rien de bon pour la représentation de la commune à la Métropole.

-LA VRAIE-FAUSSE INAUGURATION DU CENTRE CULTUREL :

Dans la précipitation désordonnée de fin de mandat et pour raison électorale, avait été décidée une inauguration qui cachait la réalité de travaux inachevés. Aux yeux du public a été occultée lors de cette inauguration la non-rénovation du bâtiment dit « La chevalerie » faisant  partie intégrante de l’ex-Maison de la Rencontre qui reste gravement délabrée et à reconstruire c’est à dire  plus de 300 m2 qui font actuellement cruellement défaut aux associations. Désormais ce complément important de rénovation nécessitera un chiffrage  et une inscription dans le Budget communal, mais nos élus responsables ne se précipitent pas pour faire connaître l’ampleur de cette dépense supplémentaire. Sur un  plan plus général, le débat d’orientation budgétaire n’ayant été qu’une approche trop superficielle et imprécise des réalités, le pire est à craindre quant à la bonne gestion financière de la commune dans ce présent mandat.

-COMMUNICATION :

Absence de communication intelligente par voie d’affichage : il suffit de constater la banalité des affiches et leur composition sur l’été à Ecully… Depuis des mois l’indigence demeure et ces campagnes d’affichage sous la responsabilité du maire ont un coût non négligeable dont voudraient bien se passer les contribuables.

Très difficile sur cette commune d’avoir un affichage sur les évènements, la priorité en haut lieu étant politique personnelle avant tout. Même remarque pour les publications, enquêtes de toutes sortes  à grands renforts d’impressions, de distribution très coûteuses et n’ayant trop souvent qu’une finalité politique cachée. Il serait intéressant de connaître le coût réel de l’ensemble des budgets de communication car il semble bien que d’importantes économies pourraient être faites tout en instaurant une meilleure efficacité.

-LE FlEURISSEMENT et la course folle  à la 4ème fleur dans n’importe quelles conditions, dont:

-le coûteux et absurde choix de buis alors que le risque de maladie (pyrale) était connu et oblige à leur remplacement,

-le choix de plantations de plantes annuelles au lieu de vivaces qui restent en trop faible proportion et permettraient une sérieuse économie tout en préservant la qualité du fleurissement.

Economie est un bien vilain mot pour nos élus politiques….qui ne veulent pas l’entendre ni l’appliquer. Les citoyens aimeraient connaître le vrai chiffrage du coût annuel fleurissement prenant en compte toutes les fournitures et l’entretien (frais de personnel compris incluant  matériel, véhicules, arrosage, produits phytosanitaires, engrais, etc).

CONCLUSION : Sur un plan général de la gouvernance despotique actuelle, de la gestion financière et de l’ensemble des carences, le citoyen peut légitimement s’inquiéter des dérives présentes et à venir. Il est bien connu que  » la politique n’est pas de résoudre les problèmes mais de faire taire ceux qui les posent ». Dans ces conditions, PAS SURPRENANT QUE LES CITOYENS SE DETOURNENT DE LA PAROLE POLITIQUE.