ECULLY en danger: Scandales béton

Permis de construire : souvent décriés dans ce blog et en interrogations de plus en plus fréquentes de la part des écullois scandalisés qui les découvrent et les soupçonnent très complaisants avec les promoteurs. Délivrance sans profonde réflexion, ni connaissance ni expérience urbanistique ni considération  des impacts présents et à venir qui de jour en jour effacent irrémédiablement le caractère village et la qualité de vie au centre ville. Le béton grignote les espaces verts et de respiration, s’élève en murs occultant les perspectives et vues sur la nature, asphyxie et condamne jusqu’à leur mort des arbres remarquables et  la végétation, imperméabilise à outrance les sols. Situations irréversibles que s’efforcent de cacher les élus responsables. A remarquer : ce blog mettant régulièrement en évidence ces problématiques avec la force de la répétition devient indésirable en haut lieu et a conduit à une mesure supplémentaire d’occultation aux yeux des écullois à propos de l’incroyable implantation de la maison de la famille située au parc des Cèdres: récemment elle a été rendue invisible par la pose d’un « rideau occultant » supplémentaire. Désormais tout est fait pour cacher ces travaux aux yeux du public inquiet qui  pose trop de questions gênantes …. cette maison dite de la famille devant aussi abriter une crèche excessivement proche des nuisances et pollutions de l’autoroute qui ne sera pas fermée à la circulation avant 2030 et plus, puisque l’anneau dit des sciences ou le COL (contournement ouest de Lyon), restent projets inactivés ou supprimés. Les lecteurs de ce blog sont invités à visualiser et signer la pétition qui circule à propos de la construction de la crèche. Cliquez ici pour visualiser et signer la pétition.


Vues de l’implantation de la Maison de la Famille désormais cachées aux écullois. Ces 2 clichés révélaient l’excessive proximité de cette construction par rapport à l’immeuble d’habitation existant et celle plus inquiétante de la crèche incluse dans ce projet qui sera impactée par les pollutions de 100000 véhicules/jour circulant sur l’autoroute !!!

En termes de proximité excessive (et parmi d’autres) 2 autres sites ci-dessous posent questions :

Carré WEST entre Ecole Centrale et Résidence de Charrière Blanche. Pour les résidents de Charrière Blanche établis depuis longtemps, ce nouvel immeuble leur a été imposé malgré une pétition importante vite étouffée aux dires de certains par des pratiques douteuses qualifiées de scandaleuses.D’autre part, des résidents qui semblent bien informés s »étonnent de la présence dans la gouvernance de la commune d’un conseiller municipal en relation avec le constructeur OGIC oeuvrant sur ce site….

Ilot TERVER en plein centre ville (derrière magasin Casino) 4 ilots immobiliers bloquant pour l’avenir tout projet « respirant » de réaménagement partiel du centre Ville.

 

Conclusion : à Ecully la gouvernance actuelle est sans horizon, se contentant de gesticuler lors de réunions improductives comme le fut la dernière convocation sur base de tentatives d’explications  bien nébuleuses à propos du projet de l’autoroute déclassée, lesquelles seront consignées dans un livre blanc coûteux, douteux et inopportun, Ecully restant très isolée des autres communes concernées et des décisions en Métropole…. Les enfants présentés en poussettes et landaux seront  adultes quand le projet verdoyant et fleuri en mode doux verra le jour car le contournement pour en dévier une partie de la circulation ne sera pas terminé avant l’horizon 2030-2035 dans le meilleur des cas. Lors de la dernière réunion il a été vendu aux Ecullois une part de rêve, en conséquence nos élus écullois  endormis ne cessent de ronronner, leur réveil n’étant effectif qu’en période électorale. Pour le moment où sont ils, que font ils ?

 

En actualité à Ecully :

Le bétonnage se poursuit au centre ville sous prétexte de construction d’une maison de la famille au parc des Cèdres…Pour les habitants des immeubles récents (Villa Eugénie), une construction à l’aplomb de leurs balcons et fenêtres, ce que ne laissaient pas présager les beaux documents publicitaires ouverts sur la nature lors de leur mise en vente… Passants, constatez cette nouvelle construction, son emprise, dans un parc pourtant suffisamment vaste pour offrir une autre implantation. Depuis plusieurs années il faut remarquer qu’en mairie on poursuit une politique de densification sauvage et anarchique  avec toutes les conséquences à craindre : destruction du cadre de vie, imperméabilisation des sols couverts par le béton, survie bien compromise d’arbres ayant subi des coupes importantes de branches et racines. Encore un exemple de ce qu’il ne fallait pas faire.

La maison de la famille en construction

A l’aplomb des fenêtres et balcons…

 

Sur les mauvais chemins :

Chemin de Charbonnières

Tout le monde  peut constater que ce chemin reste interdit à toute circulation depuis Novembre 2016. Aucune décision à attendre avant plusieurs mois contrairement aux annonces qui prévoyaient une réouverture à la fin de cet été…. en conséquence l’automne ne fera pas chuter les nombreux panneaux qui barrent ce chemin. Avec un maire peu entendu, souvent en conflit à l’intercommunalité et se contentant de faire de la figuration à la Métropole il ne faut pas attendre un déblocage rapide de la situation.

 

Chemin de Charrière Blanche

Chantier en cours. Les murs montent… détruisant qualité de vie, calme et espaces naturels de respiration pour les habitants de la résidence Charrière Blanche dont les appartements se retrouvent en vis-à-vis excessivement proches. Une urbanisation bien sauvage…

Quel devenir pour Ecully? Ecully de plus en plus déshabillée de sa végétation au profit des promoteurs. Où est la notion de « village préservé » si souvent prônée par le maire et son équipe? Le mal est fait, la situation est irréversible, il faut s’attendre au pire.

Chemin faisant….Les « gabions »…. Place de la mairie : de vilains bacs grillagés à la présentation et au contenu très décevants : encore une dépense pour une tentative de fleurissement au résultat insignifiant pour ne pas dire « nul ». Depuis des années beaucoup d’erreurs et dépenses inutiles sous prétexte de course aux « prix fleuris ».

 

Des nouveaux décors : Faudra t-il supporter ce type de décor « zone »ci-dessous remarqué sur une façade de centre ville dans une copropriété récente ? Balcons « débarras » et occultés….

Et un ancien décor patrimonial toujours existant :

que va t-il devenir? Que cache cette non-intervention de la mairie sur ce « pavillon »en véritable souffrance et délabrement place du Marché …. Une bien vilaine vision des locaux réservés à l’accueil des nouveaux arrivants et des anciens.

Le commerce écullois en désertion : dernière fermeture en date : l’enseigne « La Vie Claire ». Un constat : survie bien compromise sur la commune pour les commerces. Ecully, commune inanimée de plus en plus « dortoir » et vieillissante dans l’indifférence des élus responsables.

A Ecully la vie n’est pas claire mais bien cachée, il suffit de constater les compte-rendus de Conseil municipal affichés (panneaux mairie) avec des caractères si petits qu’ils en sont illisibles, volonté de l’exécutif de ne pas rendre compte à la population.

 

 

Ecully ou Ecullits?

Maintes fois constaté en public  et dans la presse : l’endormissement et le déclin d’Ecully, les erreurs de la gouvernance actuelle qui handicapent l’avenir.

En conclusion : Ecully va t-elle se contenter de devenir Ville dortoir ? Faudra t-il la rebaptiser « Ecullits »?

  • Immobilisme : nos élus de la majorité se complaisent dans une attitude de piétinement qui plonge la ville dans nombre de questionnements sans apporter de solutions ni objectifs d’avenir. De l’avis de beaucoup de citoyens rencontrés, l’obscurité entretenue à la lecture de la présentation du DOB et de l’adoption du Budget entretient des inquiétudes à propos du bilan final dont le solde risque de ne pas être aussi positif que les annonces de bonne gestion sans cesse renouvelées sur des bases floues et douteuses. A remarquer : par la cession de terrains ou de biens communaux 7,5 millions d’euros ont été engrangés et participent à une présentation favorable de gestion. Mais sur le fond, cette chasse aux trésors de plus en plus active qui dilapide le patrimoine écullois ne cache t-elle pas un équilibre de budget précaire?
  • Le chemin de Charbonnières : fermé à la circulation depuis Novembre 2016. Réouverture envisagée dans quelques mois ? possible grâce à la présentation d’une solution proposée par une association très active (Les Amis du Bois de Serres) qui a présenté un projet issu du bon sens et des exemples réalisées par ailleurs depuis de nombreuses années pour lutter contre l’affaissement de talus. Ce projet est venu au secours de nos étriqués élus majoritaires en mal de réflexion et d’imagination: il offre la solution la moins coûteuse à la retenue des terres consistant en la pose de grillages ancrés dans les talus et recouverts au fil du temps par la végétation naturelle. Félicitations à cette association qui obtiendra probablement une bonne écoute de ce projet à la Métropole malgré l’handicap du peu d’audience du maire d’Ecully mis dans l’obligation  de prendre le relais de cette proposition auprès de cette grande instance décisionnaire.
  • La circulation à Ecullits : de plus en plus difficile, de nombreux blocages, des files continues de voiture aux heures de pointe et aux abords des écoles, des stationnements anarchiques d’automobilistes étrangers à la commune qui choisissent des parkings privés pour faire étape, éviter les contraventions et prendre des transports en commun. Faute de véritable plan de déplacements, la place est laissée aux bouchons, à la paralysie, à la pollution, à la pénurie de parkings, à l’absence de parc relais.
  • La fuite de l’EM: bien cachée lors de la présentation des voeux du maire qui n’a démontré aucune capacité à retenir cette remarquable Ecole de Management. Démonstration et preuve supplémentaires du peu de poids de nos élus majoritaires auprès de la Métropole. Le Campus dont s’enorgueillissaient nos élus s’en trouve très amputé, en conséquence reste t-il encore bien justifié de réclamer auprès de la Métropole une demande de ligne « Bus Express » visant à faciliter la jonction des Campus avec les grandes gares de Lyon,  au moment où le nombre d’étudiants va décroître fortement  dès le départ de l’EM?
  • Le retrait injustifié d’Ecullits auprès de la TECHLID pourtant grande pourvoyeuse d’emplois ajoutée au déménagement de l’EM ajoutera à l’immobilisme et l’engourdissement de la ville….  sur bases de grandes craintes non seulement pour l’emploi mais aussi le commerce, la vie attractive . Le peu de présence sur le terrain du premier magistrat en dehors de périodes pré-électorales fait qu’il n’y a aucune prise de conscience de cette désertification déjà présente et ses conséquences. Ecullois dormez tranquilles, les élus de l’exécutif ne vous réveilleront pas….
  • Nouvelles constructions : Carré TERVER (derrière magasin Casino du centre).   L’emprise des immeubles en vis-à-vis construits sous dénomination Carré TERVER n’est pas très vert et ampute l’avenir du centre ville par cette présence bétonnée qui va l’asphyxier davantage et porter ombrage aux immeubles existants. Un arbre bien seul tente de résister  à son emprisonnement. Démonstration est faite par ces constructions de la totale absence de projet d’urbanisme et d’ambition, preuve qui persiste en l’incohérence des implantations et les décisions d’un unique arbitre….à la plume très « encrée » en signatures de permis de construire. Cette enclave détruit toute rénovation réfléchie, agréable, pratique et aérée du centre ville. Autre constat inquiétant : les manœuvres de véhicules de secours incendie en cas d’urgence seront elles aisément possibles?
  • Autre point noir à éclaircir : la barre de logements en construction sur le domaine de Charrière BlancheCette barre de hauteur R+5 à R+7 (140 logements dont 105 en résidence étudiante)) occultera totalement la vue depuis fenêtres et balcons des habitants actuels sur espaces verts boisés.    Ci-contre une vue des espaces boisés qui seront occultés et tennis, parkings, espaces de respiration qui sont déjà supprimés. Pourquoi ces constructions au permis délivré dans une subite précipitation et malgré une pétition bien vite étouffée… par des arrangements au montant important  objets de questions et rumeurs publiques?  Pourquoi ces logements étudiants alors que nombre d’immeubles existants sur ce site sont pratiquement vides (pour exemple: un immeuble qui n’a que 6 appartements occupés sur 30 disponibles et un taux d’occupation très faible sur l’ensemble des autres immeubles) . Une incohérence de plus au moment où  le fameux Campus rêvé par nos élus sera déserté par des milliers d’ étudiants dès le départ de l’EM.
  • A proximité (face à l’EM et proche de l’hôtel Campanile) un autre permis de construire assez discret annonce la création d’une nouvelle résidence étudiante. Un doublon de plus…. les incohérences sont bien présentes sur la commune.
  • Le projet de boulevard urbain en lieu et place de l’autoroute A6 en voie de déclassement : du très long terme à perte de vue… les écullois ont reçu une convocation virtuellement imagée pour s’exprimer en 2 temps…  Effet d’annonce trompeur puisque c’est le travail préalable des autres communes impactées qui permettra l’aboutissement, le TOP départ de l’Etape éculloise ayant été pris avec trop de retard et sans entente avec l’intercommunalité. Encore du BLA-BLA-car notre acteur retardataire tente de rendre crédibles les déplacements de landaus, poussettes, trottinettes,vélos, tous déplacements doux sur un  hypothétique boulevard qui restera encore nombre d’années en attente du détournement de la circulation.  Le contournement des voies de circulation dont on ne voit pas le bout des tunnels prendra beaucoup de temps…qui échappera aux élus non reconduits après les élections municipales de 2020.
  • Pour terminer : un aspect positif de la semaine écoulée principalement dû au travail ainsi qu’au partenariat avec Lyon pour le Festival International Quai du Polar développé par les responsables de l’équipe  et son directeur attachés à l’animation du Centre Culturel. L’inauguration ce Vendredi 6 Avril a été un succès, le public est venu nombreux. L’exposition prendra fin le 29 avril.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Ecully : les mauvais coûts au budget

 

Rénovation du pavillon de garde de la Condamine pour les archives du groupe d’Histoire : les travaux extérieurs ont déjà coûté 109.000 Euros dans le mandat précédent. La rénovation intérieure de ce petit bâtiment  votée lors du dernier conseil municipal est évaluée à 200 000 Euros sans chiffrage précis de suppléments pour la maintenance, l’entretien,  la surveillance et l’équipement pour maintenir un degré hygrométrique nécessaire à la conservation des documents. Lors du dernier conseil municipal, comment des élus ont ils pu faire un vote favorable à ce « cadeau » de luxe destiné à une seule association? Ont ils perdu raison et calculettes ? Que vont penser et demander les autres associations ?

La piscine : des fermetures techniques de plus en plus fréquentes masquant le coeur du problème. Pourquoi ces désagréments : en 2012 il a été principalement procédé à un habillage de la façade. En revanche ont été éludés la vétusté du bassin datant de 1977, de la machinerie et les signes évidents de fatigue ou d’usure. Une mission d’étude et diagnostic de la solidité du bassin et d’un mur de soutènement vient d’être enfin décidée, ce qui est bien tardif …  En règle générale à Ecully de très mauvaises habitudes sont prises : on gère au coup par coup et dans l’urgence, sans se préoccuper des problèmes de fond,  attitude aboutissant à de mauvaises conditions d’exploitation et des imprévus très coûteux. Où est la gestion dite sérieuse, rigoureuse, maîtrisée ? La réalité peut laisser craindre un sérieux déséquilibre de budget que l’exécutif s’évertue à laisser sous silence imposé et organisé en haut lieu.

Le stade de foot à pelouse synthétique sur couche de granulats de pneumatiques recyclés susceptibles d’être très toxiques en cas de chutes et blessures. Il y aura très certainement une décision à prendre pour une modification à entreprendre (très coûteuse de l’ordre de 80000 euros et plus)  pour supprimer ces granulats contenant des substances cancérigènes. En plus des dangers pour la santé l’élévation de température par forte chaleur peut être supérieure d’au moins  10 à 15° à la température ambiante, ce qui entre autres désagréments provoque des risques de brûlures, des émanations toxiques nuisibles pour les joueurs, les enfants, le public, le voisinage, situation grave ayant déjà fait l’objet de recours d’un écullois  intervenu à cause des émanations toxiques ressenties jusque chez lui (maison mitoyenne avec le stade). Ces espaces de pelouse synthétique créent des « ilots de chaleur » très néfastes  qui participent au réchauffement local: la température de la pelouse synthétique peut monter en journée bien ensoleillée à 50° et +. De même il serait temps de prendre conscience que le bétonnage sur la commune consécutif à l’avalanche de nouvelles constructions, la destruction d’espaces verts,  participent à l’augmentation du nombre « d’ilots de chaleur » ainsi qu’à la désastreuse imperméabilité des sols asphaltés et bétonnés. Il est incompréhensible que cette prise de conscience échappe à la délivrance de permis de construire accordés par un maire-médecin… circonstance très aggravante.

Déjà dénoncés dans ce blog et voie de presse : les mauvais coups portés à des habitants du domaine de Charrière Blanche confrontés à des travaux de construction d’une barre d’immeubles avec suppression d’espaces verts, nuisances et destruction de leur qualité de vie. A en croire des rumeurs : l’autorisation de travaux  comporterait des points très obscurs qu’il ne serait pas bon d’élucider pour certains engagés dans cette décision.

Un coup de poing positif : le stationnement sur la place du marché. Les horodateurs limitent à 6 heures maxi la durée de stationnement/jour non renouvelable. Il est visible que sont moins nombreuses les voitures  « ventouses » d’automobilistes extérieurs à Ecully qui avaient habitude de parquer leurs véhicules à la journée et poursuivre leur trajet en bus . Malheureusement, certains de ces usagers frustrés se garent sur des parkings  et endroits privés non fermés, tels ceux du laboratoire d’analyse, le petit parking commercial de Charrière Blanche, et emplacements  de même nature à proximité des arrêts de bus…..sans risques de contraventions.

ECULLY : TOP départ de l’EM pour LYON

Entendu lors des voeux du maire d’Ecully le 10 janvier : une ville dynamique où « s’épanouissent » les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises de dimensions internationales. Il fallait sans doute comprendre « s’évanouissent », preuve en est la récente annonce de départ de l’EM pour la ville de Lyon, que le maire ne pouvait ignorer (puisque décision arrêtée le 15 décembre) mais il n’était sans doute pas glorieux de présenter aux citoyens  une très mauvaise nouvelle qui plongera un peu plus la commune dans un profond sommeil et un déclin qui se poursuivent depuis de nombreuses années après le départ d’autres entreprises importantes (Euronews,Sopra Steria, Manitowoc) avec les conséquences en pertes de plusieurs centaines d’emplois et effets négatifs induits pour le commerce, l’image de la ville. Le retrait d’Ecully de la zone d’activité TECHLID sur décision du maire fut déjà une très mauvaise décision irresponsable impactant dangereusement l’avenir de la commune et démontrant le peu d’intérêt, l’incompétence pour maintenir l’activité économique. Il est à prévoir qu’à propos du départ de l’EM et conformément aux vieilles habitudes politiques bien usées et dépassées l’unique défense sera le report des responsabilités sur la Métropole en y associant une colère personnelle qui malheureusement n’est que signe de faiblesse non assortie de solutions. Maladresses, imprévisions, incompétences et tensions qui renforceront une fois de plus l’oubli d’Ecully dans les grandes décisions de la Métropole comme cela s’est déjà passé à l’intercommunalité, à la Région, au Grand Lyon, au Sytral. La politique de la ville vient de perdre une belle fleur à son chapeau, il faut cesser de faire croire qu’on travaille beaucoup en restant  enfermé dans un bureau : en réalité Ecully souffre de l’absence de bonne représentation et management, manque de présence et travail en hauts lieux décisionnaires, du refus de partenariats, de la méconnaissance du tissu économique et de l’emploi, du peu de présence d’un maire et son équipe sur le terrain restés peu attentifs aux contacts et remarques des citoyens excepté en périodes pré-électorales où le zèle est de rigueur. Ecully a perdu sa crédibilité à la Métropole et dans les instances, cherchez la faute…. A propos de l’emploi à Ecully un article de la TRIBUNE LIBRE (14/20 SEPT 17-page 4) fait état de l’appréciation négative  par la gouvernance actuelle vis à vis des employés de bureau: une raison de plus de constater que dans le cas d’élus aux mandats répititifs s’inscrivant uniquement dans la longue durée, il y a un essoufflement et une vision très passéiste paralysante.

En conclusion : il ne faut pas se leurrer, le départ de l’EM va laisser des traces désastreuses comme ce fut le cas d’Euronews aux locaux abandonnés et restés vides depuis plusieurs années, inadaptés à une nouvelle activité. Le campus de l’EM dont s’enorgueillissait à tort le maire lors des voeux court les mêmes risques et finalité.

 

 

 

 

 

 

 

Le mauvais oeil

Ecully est supposée sous video-surveillance par cameras et le maire ne cesse d’en rajouter pour son auto-satisfaction sans se préoccuper si derrière cet équipement il y a au moins un oeil en permanence…. A en juger par la forte recrudescence des cambriolages constatée et des chiffres non corriges politiquement, la ville d’Ecully a été impactee ces derniers mois par nombre de vols avec effractions échappant a l’oeil de cette video surveillance…

Malheureusement preuve est faite  que l’installation très couteuse de cameras aux écrans bien souvent inoccupés (ce qu’ignorent la plupart des citoyens), n’est pas la solution suffisamment efficace face a des individus entraines qui agissent dissimules et restent trop souvent impunis.

Donnons aux policiers, aux agents de la sécurité, de bonnes conditions de travail, rétablissons le respect de ces hommes et femmes dévoués qui subissent des atteintes morales ou physiques graves et agissent tous les jours au péril de leur vie. Fait rarissime : suite aux cocktails incendiaires  dont leur collègues ont été victimes  les policiers manifestent depuis plusieurs semaines  en plusieurs villes de France dont LYON pour réclamer entre autres le respect  de leur autorité,  la confiance des élus et des citoyens, des locaux propres et salubres, du personnel, des équipements en matériels et  en protection personnelle, des connexions  informatiques performantes,  moins de paperasserie pour une plus grande présence efficace sur le terrain. Ils déplorent que la justice permet trop souvent aux délinquants d’échapper aux peines et de revenir ensuite les narguer. A Ecully la dernière solution trouvée fut de créer un poste de maitre-chien pour lutter contre les incivilites, solution bien dérisoire se traduisant une fois encore par le recherche d’effet d’annonce alors que l’insécurité galopante régne sur la commune, sans volonté d’ecoute pour resoudre les problèmes de fond.  Nos élus de l’exécutif  préoccupés de leur carriere politique aboient mais laissent passer la caravane de délinquants.

Concile Municipal du 29 Juin…

Un constat :  la date du conseil municipal a été repoussée à la veille des vacances avec l’intention bien connue des politiques que le temps des vacances est propice à l’oubli de leurs erreurs  ou de leur inaction. Messieurs les politiciens il faudrait en finir avec ces petites manoeuvres si vous voulez garder un peu de crédibilité.

A Ecully la séance en conseil municipal est une assemblée d’élus majoritaires entièrement soumis à la discipline et aux directives dogmatiques d’un premier magistrat n’écoutant que lui-même. Comment pourrait il en être autrement quand une liste élue ne représente qu’une trop faible proportion des écullois.

Notre commune est dirigée sans aucune vision d’avenir, sans clarté sur le  plan financier, sans ambition. On agit au coup par coup laissant place belle aux promoteurs très envahissants sans préoccupations des conséquences ni  réel plan d’urbanisme. Les effets d’annonce vont bon train et sont uniquement les suites des promesses faites en période électorale pour la pêche aux voix. Il serait souhaitable de connaître les autres raisons et éventuellement les intérêts  de tous ces permis de construire délivrés depuis les dernières élections municipales.

DERNIERE MINUTE : A propos de constructions : dans la rubrique des commentaires de ce blog apparaîtra celui d’un citoyen (M.NITSCHKE) ayant déposé plainte détaillée auprès du procureur en date du 12 mai 2016 contre le maire d’Ecully à propos de travaux réalisés illégalement. Au lecteur de découvrir et se faire une idée…par ailleurs une pétition accompagne cette plainte.

De nombreuses autres questions restent sans réponse :

  • Pourquoi cet engouement des élus majoritaires pour une édition du livre d’Histoire de la ville avec une participation financière si importante décidée par le maire qui revendique une commande de 1100 volumes au prix unitaire de 42 Euros ? Pourquoi cet éditeur « Spirit Communication »? Comment a t-il été sélectionné? il serait intéressant d’en connaître la justification.
  • Pourquoi avoir promis au groupe d’histoire des travaux qui seront très coûteux dans l’ex maison de gardien (insalubre à l’intérieur) du parc de la Condamine  ? Pour quelles raisons, alors qu’une partie cachée et murée dénommée « La Chevalerie » au Centre culturel n’a pas été réhabilitée, reste abandonnée et manque aux associations : là aussi les lieux deviennent insalubres et dangereux. Inaugurée dans la précipitation pour les uniques ambitions de projet de mandat, le Centre Culturel a été tronqué de surfaces importantes aux yeux du public, camouflage et procédés mensongers qui ont en partie motivé la démission de la précédente adjointe à la culture s’affichant sans étiquette politique au cours de son mandat et n’agissant qu’en parfaite connaissance du terrain, de sa longue vie associative, de sa connaissance, ses connaissances artistiques et sa présence sur la commune depuis plus de 45 années.
  • Pourquoi la Culture actuelle est elle sous la responsabilité d’une adjointe demeurant depuis longtemps à la Tour de Salvagny et non à Ecully? Quelle justification à sa réapparition ? La réponse ne tient qu’au fil de l’étiquette politique… et non aux compétences suivant en cela les agissements insupportables de nombre d’élus. Quels documents ont été remis en préfecture lors du dossier de candidature aux élections municipales alors qu’il n’y avait plus réelle résidence ni demeure sur la commune ?
  • Pourquoi rien n’est fait à propos de la façade délabrée de la maison « Ecully-accueil » Place du marché dont photo ci jointe :Ecully-Accueil Place du Marché
  • et tant d’autres questions dont quelques unes :
  • Le retrait injustifié de la TECHLID, pour des raisons exclusives d’ambitions très personnelles.
  • Le marché du Mardi: la place de la mairie est amputée par les places réservées aux véhicules des commerçants alors que la ville manque de parkings.
  • La zone du Tronchon : l’incapacité de nos responsables à prendre des décisions d’aménagement. L’opacité reste totale.
  • Les navettes qui roulent pour rien mais sont très coûteuses : après 325000 euros dépensés au cours des mandats précédents pour une navette qui tournait à vide, une navette de grand volume dédiée aux étudiants des grandes écoles tourne depuis le début de l’année à raison de 3 personnes/jour pour un coût prélevé sur le budget écullois. Que fait notre représentant au Sytral? prétendre s’occuper des transports et laisser  courir de folles dépenses ignorées de la plupart des citoyens, encore des effets d’annonce… Il faut cesser de faire croire à une gestion financière contrainte, prudente, économe, de déplorer la baisse de dotation de l’état alors que nombre de gaspillages existent sous initiative du maire. Un grand gaspillage existe aussi à propos du Centre Technique Municipal qui depuis nombre d’années n’a plus de locaux sur la commune et loge avec loyer élevé  à…Dardilly.
  • La sécurité : à maintes reprises il a été annoncé que les nombreuses caméras (très coûteuses à leur installation et en entretien) démontraient leur efficacité de surveillance… Et voila qu’est découverte puis inaugurée la présence d’une brigade spécialisée qui va se donner un « mal de chien » pour lutter contre quelques délinquants et casseurs que l’on pouvait penser observés et recherchés, reconnus par le réseau de caméras…
  • La piscine : plusieurs fermetures et sans doute  d’autres à venir : elle n’avait fait l’objet que de travaux pour une apparence de façade mais de nombreux problèmes demeurent et se font jour. Qu’en sera t-il des promesses de nouveau pôle sportif, projet très politique remis à fin de mandat…
  • Les travaux d’une durée d’une année à la sortie d’Ecully en direction de la rue Marietton, avec des embouteillages importants par la restriction des voies de circulation. Site Boisé Classé soumis à destruction partielle et les dégâts  à venir pour la construction d’une haute cheminée nécessaire au  dégagement de fumées d’un tunnel routier…. Le maire dit avoir été mis devant le fait accompli… mais il est aisé de démontrer le contraire puisque tout a été fait pour afficher trop discrètement l’enquête publique et ne pas l’inscrire en panneau municipal du centre ville…
  • La place très modeste de l’Historien de la commune (M.Jocteur) au jardin de la Condamine : il a été bien « plaqué » lors de l’inauguration du souvenir très discrète par un maire bien peu entouré…sinon par un grand vide.
  • La publication des conseils municipaux réclamée : sur l’espace réservé à cet effet, le compte rendu est volontairement rendu illisible par le choix de très petits caractères.  A Ecully le choix est de cacher et rester caché, stratagème qui démontre bien la petitesse d’esprit, le peu d’envergure de l’exécutif.
  • Les panneaux d’information (dits panneaux Decaux) : pourquoi une information bien banale alors qu’une communication évènementielle sur de réelles activités  serait bien plus intéressante ? Pourquoi ces affiches inutiles souvent si mal composées et illisibles  dont le coût  est élevé  ? Autre question : pourquoi continuer à  imprimer des plaquettes, des fascicules, des brochures très coûteux alors que les foyers sont nombreux à être équipés en informatique ?
  • Des chiffres qui parlent : que peut prétendre représenter en Conseil Municipal un exécutif qui aux dernières élections  n’a été élu que par 3852 voix pour un nombre d’électeurs inscrits de  12678 ?  Bonne,  et révélatrice observation à méditer  à l’ombre des parasols….
  • Ce blog régulièrement suivi par nombre de citoyens a également participé à des modifications, dont une particulièrement visible en l’installation d’un nouveau panneau d’information au Centre ville (mais la communication évènementielle reste bien discrète). Il y a eu aussi l’amélioration de l’entrée d’Ecully au niveau des 3 Renards, et d’autres initiatives qui incitent à poursuivre et justifier la présence de ce blog. Merci aux lecteurs de plus en plus nombreux.
    Portes ouvertes au niveau des 3 Renards. N'entrez pas à Ecully sans frapper.
    au niveau des 3 Renards des petits travaux récents ont amélioré cette image désastreuse.

     

Les « petites grattes indemnitaires » à Ecully-lez-Béton

  • En contradiction : pourquoi cette justification incohérente d’un maire qui a déclaré à la Presse :« je ne cours pas après les petites grattes indemnitaires » alors qu’il y a eu (entre autres) piétinement auprès du Président Wauquiez pour tenter d’obtenir un poste de vice-présidence à la Métropole et que le cumul de fonctions est déjà présent ?

La TRIBUNE de LYON avait fait état dans un de ses articles  du montant important  des indemnités  cumulées par certains élus dont le maire d’Ecully.  A noter que ces indemnités consécutives à des cumuls de mandat ne semblent pas modulées et encore moins  sanctionnées en cas d’absences répétées dans les commissions, contrairement à certaines annonces et souhaits d’élu(e)s très assidu(e)s.

  • A titre de curiosité et sans rattachement avec ce qui précède, le lien suivant apporte au cours de sa lecture un éclairage  permettant de mieux comprendre l’attachement et le besoin de durer souvent abusivement dans certaines fonctions d’élus. A consommer avec modération : https://youtu.be/r88vEa1hHhQ. A chacun, chacune d’apprécier et de se faire une opinion.
  • ECULLY-LEZ-BETON : il y aurait à « gratter » le terrain pour connaître les motivations à l’avalanche de permis de construire sur la commune.  Dernier en date à la nouvelle surprise des habitants qui découvrent  le projet de construction de 140 logements (immeuble en hauteur R+7,  80 m de long) au domaine de Charrière Blanche avec probable destruction partielle d’arbres remarquables et sites verts. Depuis les dernières élections municipales, on assiste à un acharnement pour accorder à tort et à travers les permis de construire sans tenir compte des graves conséquences sur la qualité de vie, les énormes problèmes de déplacements qui se font déjà sentir, les insuffisances de parkings, une densification incontrôlée au détriment des espaces verts et bien d’autres soucis qui vont encore surprendre bien des écullois tenus à distance des décisions d’aménagement soutenues par un exécutif totalement inconscient et aveugle. La course au maintien de commune « 4 fleurs » devient un bouquet bien ridicule et artificiel. Ce nouveau programme s’ajoute au chiffre de plus de 400 logements prévus depuis le début du  Mandat électoral confié à un maire UDI pourtant très mal élu vu son score et le record d’abstention supérieur à celui du niveau national alors qu’une partie importante de l’opposition de droite (liste  UMP Régis Blanc) avait déclaré forfait au second tour, laissant le champ libre ! Pourquoi en date du 28 décembre dernier le maire déclarait : « des pistes de réflexion pour un urbanisme plus harmonieux ». Encore un effet d’annonce tout en ayant déjà fait  le contraire.
  • Des chiffres qui parlent : aux dernières élections municipales, sur 12678 inscrits, le nombre de votants n’a été que de 6219 et seulement 3852 pour la liste gagnante dont la tête se présentait pour la 3ème fois! Un constat clair : la seule opposition dont la tête de liste se présentait pour la première fois a obtenu 2045 voix. La majorité actuelle n’a donc que peu de poids avec 1807 voix d’écart par rapport à l’opposition et n’est que très peu représentative des habitants de la commune.  Le nombre d’abstention s’est élevé au chiffre énorme de 6259, celui des blancs et nuls à 322, chiffres significatifs sur la faible capacité  des élus majoritaires à rassembler, à gouverner  ou représenter la commune auprès des instances décisionnaires à la Métropole ou à la Région.

Mauvaise fréquentation… sur la ligne 75.

  • IMG_3843La navette Campus-Grand Ouest 75 à la disposition des étudiants des grandes Ecoles… Elle pourrait être avantageusement remplacée par un petit taxi, voire une moto taxi ou du co-voiturage : la fréquentation est presque nulle (2 à 3 étudiants/jour, vérifications faites régulièrement). La création de cette navette est une erreur de plus dont le coût revient en partie aux écullois, pourtant déjà échaudés par une navette précédente tournant presque à vide pendant 13 ans pour un coût total de 325000 euros. N’y avait il pas d’autres priorités et urgences ? Derrière des discours auto-suffisants de bonne gestion, les erreurs sont masquées.IMG_3837
  • Un boulevard pour l’autoroute  : la REALITE est qu’Ecully reste engluée et isolée dans des effets d’annonces abusivement politiques (voir article de presse régionale « Le progrès » du 5 Mai qui révèle bien la situation) à propos du futur déclassement de l’A6/A7 et sa transformation en boulevard urbain conditionnée à des travaux qui pourraient être réalisés d’ici… 6 à 8 ans ! Quant au contournement Ouest dit « anneau des sciences », il est renvoyé à l’horizon 2030. Le maire dit avoir  invité l’ensemble des élus à réfléchir à ce que pourrait être le boulevard urbain après le déclassement de l’autoroute (voir Ecully magazine de ce mois). Comment est-il possible de se prévaloir d’une écoute des élus métropolitains alors que depuis plus de 2 mandats est constatée l’incapacité de notre commune  à travailler en entente avec l’inter-communalité (pour exemple flagrant très regrettable et préjudiciable : la rupture d’Ecully avec la TECHLID pôle économique et d’emplois le plus important sur l’Ouest Lyonnais).
  • Enquête déplacements : le retour en mairie devait être fait pour le 14 mai. Quel résultat en attendre après tant d’années d’immobilisme et aucune préoccupation des infrastructures ni plan d’urbanisme alors qu’il y a avalanche de nouveaux programmes de construction que les écullois découvrent avec surprise  et inquiétudes depuis les dernières élections municipales. Comme trop souvent les élus majoritaires seront ils seuls à décider et à se ranger bien disciplinés derrière leur chef de file ? A propos de déplacements en ville, l’état de la chaussée et de nombreux trottoirs démontrent un sérieux délabrement. A cela s’ajoutent de nombreuses difficultés de circulation dont les dernières très insupportables aux heures d’affluence au niveau des travaux importants (durée 1 an) en direction de la rue Marietton (face à l’école d’horticulture). A noter aussi que ces travaux de construction d’une station de désenfumage de tunnel ont nécessité un déboisement important d’un espace boisé classé avec acceptation bien silencieuse de nos élus majoritaires…alors que d’autres sites étaient possibles.DSCN4383

Les grandes absences des élus aux séances publiques.

Demande de remboursements des indemnités injustifiées :

En cohérence avec une question récente de la presse régionale sous le titre « les élus sont-ils bien assidus aux séances publiques?», quelques constatations s’imposent: à la Métropole de création récente constituée de 165 élus, l’article du Progrès du 25 janvier relate qu’à peine un élu sur deux a assisté à toutes les séances. Certains s’en défendent, c’est le cas d’un élu qui explique dans cet article « être également accaparé par ses autres fonctions ». Cette explication incite à soutenir le non-cumul des fonctions et des mandats pour les élus entachés d’absentéisme abusif.

Pour Ecully, une fonction de maire plus une activité professionnelle et un cumul avec un mandat à la Région, une activité à la Métropole, une vice-présidence au Sytral, des réunions au sein d’un parti politique, la course frénétique à d’autres postes de présidences sont incompatibles avec une réelle efficacité, gouvernance et présence sur la commune.

Cette dilution de fonctions (également existante par ailleurs) assortie d’un cumul d’indemnités justifierait une demande de remboursement de certaines indemnités pour cause d’absentéisme aux séances publiques. Avant la création de la Métropole, le même problème existait quant à l’assiduité aux séances du Grand Lyon : pour percevoir l’indemnité il suffisait à des élus de faire une très courte apparition pour assurer un pointage sans réel travail en commission, ce qui explique aussi l’obscurantisme de la majorité entretenu par l’absence de compte-rendus  vainement réclamés par l’opposition de l’époque. Continuer la lecture de Les grandes absences des élus aux séances publiques.