En quête de quoi ?

photo 3-1Pour faire mine d’impliquer les citoyens, une enquête de plus à propos du Centre Culturel par le biais d’un questionnaire papier qui encore une fois ne sert qu’à faire monter les dépenses de communication inutiles et finira dans les poubelles. Comment croire à l’objectivité de ce genre d’enquête suivie d’un dépouillement très intimiste et d’une analyse soumise au dictat de quelques élus majoritaires, à leur interprétation politiquement  très personnelle ? Cette enquête rejoint toutes les précédentes où les élus sont à la fois juges et partie. Il faut mettre fin à ces mascarades.

Pour rappel, le Livre Blanc et l’Atelier Ecully 2020 pour la Culture restés sans effet et contribuant au gâchis de papier, aux coûts d’impression et de distribution.. La politique culturelle doit émaner d’une équipe concernée avec une adjointe entendue.L’enquête actuelle est un « flicage » des animateurs du Centre Culturel dont les moyens sont limités à l’indigence des orientations et des moyens mis en oeuvre pour le bon fonctionnement d’un outil culturel de 4millions d’euros resté inachevé. Lors de son inauguration précipitée à la veille d’échéance électorale, a été occultée la partie non rénovée du bâtiment dit de la Chevalerie, faisant cruellement défaut aux associations, soit plus de 300 m2 insalubres qu’il faudra bien décider un jour de reconstruire. Au son des trompettes lors de l’inauguration, ce n’était pas celles de la renommée de l’ex-maison de la Rencontre. Le constat actuel est déplorable, le fait d’avoir supprimé de nombreuses options lors de sa rénovation partielle, le Centre Culturel a été privé d’une toiture végétalisée, de la climatisation du hall d’accueil, salle exposition, salles dédiées aux associations, bureaux  avec pour conséquence un inconfort notoire pour les utilisateurs et les personnels. Seule la salle de cinéma est climatisée. Le projet architectural d’origine a subi des modification inadaptées et des occultations de la vérité imposées en haut lieu lors de l’inauguration, à la veille d’échéance électorale. Dans le budget très flou du présent mandat, il faudra prendre la décision de rénovation de la partie inachevée,  mais pour le moment le coût réel reste caché et non projeté, l’indécision étant flagrante et de mise dans l’équipe majoritaire actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.