Les brûlures de l’été à Ecully. Etat des lieux d’Ecully-lez-béton

Plein Centre Ville
Plein Centre Ville. Un permis parmi bien d’autres…

En ces temps de fortes chaleurs, il faut non seulement se protéger du soleil mais aussi des politiques qui brûlent d’ambitions uniquement personnelles.

Au fil des articles de ce blog, ont été abordés des sujets importants à propos de la gouvernance de la commune dont voici en rappel un bref résumé à  ajouter aux lectures de l’été et aux interrogations de la rentrée :

 

 

-L’ AVALANCHE DE PERMIS DE CONSTRUIRE :

les logements cachés derrière Eugénie...en plein centre ville
les logements cachés derrière la belle  Eugénie…en plein centre ville (41 logements après démolition prochaine de la demeure ci dessous). Ecullois réveillez vous !

photo 5-3

Démolition prochaine de cette demeure pour laisser place aux promoteurs. On bétonne à « Ecully-Village »…Adieu le Village.

-la dernière campagne municipale avait parmi ses thèmes et discours la préservation « d’Ecully-village ». Rien que des mots et des maux dont il est possible de constater les conséquences présentes ou très prochaines. Les politiques n’appréciant pas la présence de grues ou de chantiers en période pré-électorale il fallait pour les candidats préserver un code de bonne conduite jusqu’aux urnes : Ecully devait garder son caractère village… Election passée, très grande place est laissée aux promoteurs qui construisent l’avenir bétonné d’Ecully. Pour preuve les nombreuses déclarations de travaux affichées en parfaite contradiction avec le programme de campagne sur le principe bien connu que « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ». Au fil des trottoirs les citoyens sont surpris et s’inquiètent : beaucoup d’autres questions se posent : plan d’urbanisme ? infrastructures ? circulation, parkings privés et publics, stationnement ? Quelles prévisions  et pourquoi tant d’imprévus ?

-DEMISSION DE L’ADJOINT à L’URBANISME :

Début juillet la Presse locale a informé les écullois de la démission de l’Adjoint à l’Urbanisme. Faut-il se contenter de cet article de presse et de sa version très officielle pour connaître les raisons réelles de cette démission ?

-LE BUDGET :

Le conseil municipal de mars 2015 a été consacré aux finances avec d’une part le compte administratif 2014 (le résultat de l’exercice 2014), et le budget primitif (le budget prévisionnel 2015)

En synthèse les points importants à retenir sont :

POUR LES DEPENSES
Une croissance des frais de fonctionnement de 7,7 % c’est la première année depuis bien longtemps que nous assistons à une telle dérive.
Le détail de ces frais montre une croissance des charges à caractère général (frais de fonctionnement) de 12,9%
Des frais de personnel qui augmentent de 5,4%
Des autres charges de gestion (subvention aux associations) 3,4%

POUR LES RECETTES
Une diminution des recettes de 6,5%, cette diminution des recettes étant principalement la conséquence de la diminution des dotations de l’état.

Ce budget met en évidence l’incapacité de la municipalité à faire des économies alors que nous savons que les recettes diminuent et vont continuer à diminuer notamment les dotations de l’état.
Les conséquences sont à court terme une augmentation de la fiscalité car la commune ne sera plus en mesure de financer ses frais de fonctionnement.
L’autofinancement étant en forte diminution voire nul très rapidement, il faudra soit limiter les investissements soit avoir recours d’une façon massive à l’emprunt.

Visiblement l’équipe municipale n’a pas pris la mesure des nouveaux enjeux économiques.

– LA TECHLID :

ECULLY et TASSIN se sont retirées de la TECHLID pour des raisons officielles très obscures et éloignées de la vérité, dont les conséquences ne seront pas négligeables pour ces communes. Il semble bien que cette décision non pertinente d’Ecully soit uniquement  liée (comme le suppose l’opposition dans son questionnement)  au fait non avoué de n’avoir pu en obtenir la Présidence : ainsi vont les décisions politiques nombrilistes sans préoccupation des répercutions sur l’emploi et l’économie. 

-LA METROPOLE :

Ecully et la Métropole : pour le moment a été passée sous silence dans le bulletin d’information « Ecully Magazine » le fait que les élus de la Métropole ont bénéficié d’une augmentation que l’on peut estimer excessive de leur indemnité. Pour rappel le texte intégral de la rubrique Focus (bien nommée) d’Ecully Magazine…

« Métropole :Ecully dit NON à l’augmentation des impôts !

A l’occasion du vote du budget de la Métropole de Lyon, le 26 janvier dernier, les deux conseillers communautaires d’Ecully, Yves-Marie Uhlrich (UDI) et Agnès Gardon-Chemin (UMP), ont voté contre la hausse de 5% des impôts métropolitains. « Cela pénalise nos concitoyens,qui,dans leur majorité subissent déjà une baisse de leur pouvoir d’achat » martèle le Maire. »

Dans cet article, il est fait abstraction par les élus intéressés de l’augmentation de 20% de leur indemnité qu’il est préférable de passer sous silence aux citoyens. Jeu de cash-cache politique qui n’augure rien de bon pour la représentation de la commune à la Métropole.

-LA VRAIE-FAUSSE INAUGURATION DU CENTRE CULTUREL :

Dans la précipitation désordonnée de fin de mandat et pour raison électorale, avait été décidée une inauguration qui cachait la réalité de travaux inachevés. Aux yeux du public a été occultée lors de cette inauguration la non-rénovation du bâtiment dit « La chevalerie » faisant  partie intégrante de l’ex-Maison de la Rencontre qui reste gravement délabrée et à reconstruire c’est à dire  plus de 300 m2 qui font actuellement cruellement défaut aux associations. Désormais ce complément important de rénovation nécessitera un chiffrage  et une inscription dans le Budget communal, mais nos élus responsables ne se précipitent pas pour faire connaître l’ampleur de cette dépense supplémentaire. Sur un  plan plus général, le débat d’orientation budgétaire n’ayant été qu’une approche trop superficielle et imprécise des réalités, le pire est à craindre quant à la bonne gestion financière de la commune dans ce présent mandat.

-COMMUNICATION :

Absence de communication intelligente par voie d’affichage : il suffit de constater la banalité des affiches et leur composition sur l’été à Ecully… Depuis des mois l’indigence demeure et ces campagnes d’affichage sous la responsabilité du maire ont un coût non négligeable dont voudraient bien se passer les contribuables.

Très difficile sur cette commune d’avoir un affichage sur les évènements, la priorité en haut lieu étant politique personnelle avant tout. Même remarque pour les publications, enquêtes de toutes sortes  à grands renforts d’impressions, de distribution très coûteuses et n’ayant trop souvent qu’une finalité politique cachée. Il serait intéressant de connaître le coût réel de l’ensemble des budgets de communication car il semble bien que d’importantes économies pourraient être faites tout en instaurant une meilleure efficacité.

-LE FlEURISSEMENT et la course folle  à la 4ème fleur dans n’importe quelles conditions, dont:

-le coûteux et absurde choix de buis alors que le risque de maladie (pyrale) était connu et oblige à leur remplacement,

-le choix de plantations de plantes annuelles au lieu de vivaces qui restent en trop faible proportion et permettraient une sérieuse économie tout en préservant la qualité du fleurissement.

Economie est un bien vilain mot pour nos élus politiques….qui ne veulent pas l’entendre ni l’appliquer. Les citoyens aimeraient connaître le vrai chiffrage du coût annuel fleurissement prenant en compte toutes les fournitures et l’entretien (frais de personnel compris incluant  matériel, véhicules, arrosage, produits phytosanitaires, engrais, etc).

CONCLUSION : Sur un plan général de la gouvernance despotique actuelle, de la gestion financière et de l’ensemble des carences, le citoyen peut légitimement s’inquiéter des dérives présentes et à venir. Il est bien connu que  » la politique n’est pas de résoudre les problèmes mais de faire taire ceux qui les posent ». Dans ces conditions, PAS SURPRENANT QUE LES CITOYENS SE DETOURNENT DE LA PAROLE POLITIQUE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.