Les « petites grattes indemnitaires » à Ecully-lez-Béton

  • En contradiction : pourquoi cette justification incohérente d’un maire qui a déclaré à la Presse :« je ne cours pas après les petites grattes indemnitaires » alors qu’il y a eu (entre autres) piétinement auprès du Président Wauquiez pour tenter d’obtenir un poste de vice-présidence à la Métropole et que le cumul de fonctions est déjà présent ?

La TRIBUNE de LYON avait fait état dans un de ses articles  du montant important  des indemnités  cumulées par certains élus dont le maire d’Ecully.  A noter que ces indemnités consécutives à des cumuls de mandat ne semblent pas modulées et encore moins  sanctionnées en cas d’absences répétées dans les commissions, contrairement à certaines annonces et souhaits d’élu(e)s très assidu(e)s.

  • A titre de curiosité et sans rattachement avec ce qui précède, le lien suivant apporte au cours de sa lecture un éclairage  permettant de mieux comprendre l’attachement et le besoin de durer souvent abusivement dans certaines fonctions d’élus. A consommer avec modération : https://youtu.be/r88vEa1hHhQ. A chacun, chacune d’apprécier et de se faire une opinion.
  • ECULLY-LEZ-BETON : il y aurait à « gratter » le terrain pour connaître les motivations à l’avalanche de permis de construire sur la commune.  Dernier en date à la nouvelle surprise des habitants qui découvrent  le projet de construction de 140 logements (immeuble en hauteur R+7,  80 m de long) au domaine de Charrière Blanche avec probable destruction partielle d’arbres remarquables et sites verts. Depuis les dernières élections municipales, on assiste à un acharnement pour accorder à tort et à travers les permis de construire sans tenir compte des graves conséquences sur la qualité de vie, les énormes problèmes de déplacements qui se font déjà sentir, les insuffisances de parkings, une densification incontrôlée au détriment des espaces verts et bien d’autres soucis qui vont encore surprendre bien des écullois tenus à distance des décisions d’aménagement soutenues par un exécutif totalement inconscient et aveugle. La course au maintien de commune « 4 fleurs » devient un bouquet bien ridicule et artificiel. Ce nouveau programme s’ajoute au chiffre de plus de 400 logements prévus depuis le début du  Mandat électoral confié à un maire UDI pourtant très mal élu vu son score et le record d’abstention supérieur à celui du niveau national alors qu’une partie importante de l’opposition de droite (liste  UMP Régis Blanc) avait déclaré forfait au second tour, laissant le champ libre ! Pourquoi en date du 28 décembre dernier le maire déclarait : « des pistes de réflexion pour un urbanisme plus harmonieux ». Encore un effet d’annonce tout en ayant déjà fait  le contraire.
  • Des chiffres qui parlent : aux dernières élections municipales, sur 12678 inscrits, le nombre de votants n’a été que de 6219 et seulement 3852 pour la liste gagnante dont la tête se présentait pour la 3ème fois! Un constat clair : la seule opposition dont la tête de liste se présentait pour la première fois a obtenu 2045 voix. La majorité actuelle n’a donc que peu de poids avec 1807 voix d’écart par rapport à l’opposition et n’est que très peu représentative des habitants de la commune.  Le nombre d’abstention s’est élevé au chiffre énorme de 6259, celui des blancs et nuls à 322, chiffres significatifs sur la faible capacité  des élus majoritaires à rassembler, à gouverner  ou représenter la commune auprès des instances décisionnaires à la Métropole ou à la Région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.