Politique virale…

A l’assemblée nationale siègent 34 députés médecins, 7 députés chirurgiens, 8 députés pharmaciens, 7 députés du secteur médical, preuve est faite de leur soumission à l’unique aspect politique délaissant dans le cas présent la priorité sur le plan sanitaire.

Peu avant la ministre en place au moment des élections municipales était Mme BUZIN elle-même médecin hématologue… démissionnaire le 4 mars soit 11 jours avant la date des élections.

Professionnellement très avertis des risques de contamination , les députés subissant diverses pressions se sont laissés dominer par l’aspect essentiellement politique mettant en arrière-plan la santé des personnes tenant les bureaux de vote et celle des électeurs qui s’y sont présentés. En maintenant la grave décision de maintien du 1er tour des élections municipales du 15 mars, les présidents et assesseurs, personnels des bureaux de vote ainsi que électeurs ont été donc mis en danger de contamination pat le covid19 et par la suite des cas de contamination possible ont été révélés. La politique passe, la santé trépasse.

Les taux d’abstention extrêmement élevés démontrent qu’une importante partie de la population n’a pas accepté ce maintien du 1er tour : le résultat est qu’il faut poser la question de la validité de cette élection très incomplètement représentative puisque ces résultats auraient été bien différents dans des conditions habituelles normales.

Pour les maires non élus, le second tour n’étant vraisemblablement pas envisageable avant le 4ème trimestre 2020, quels liens, effets, motivations et significations resteront entre le premier tour (dont les effets se seront évanouis avec le temps qui passe)….et le second tour ? Et entretemps comment sera assumée la gouvernance de communes par les maires contraints, démotivés, contrariés reprenant du service tout en perdant l’efficacité de leurs pouvoirs en cette longue période intérimaire?

Autre préoccupation qui nécessite réponse de la part des élus: le manque de masques. Suite à l’épidémie de grippe H1N1 en 2018-2019 des lots importants de masques (1 milliard de masques chirurgicaux et 700 millions de masques FFP2) ont été achetés par l’Etat via les services hospitaliers et les communes sur le conseil et obligation de Madame Roselyne BACHELOT…. Ministre d’Etat et de la santé à cette époque. La fin de l’épidémie en un délai assez court par rapport à cette décision, a eu pour conséquence des stocks énormes de masques inutilisés entreposés par l’Etat, les hôpitaux, les mairies et autres.. La durée de validité de ces masques étant limitée pour respecter leur complète efficacité, il semble qu’ils pourraient dans la situation de pénurie et son urgence actuelles être déclassés (s’ils ont été déclarés professionnels à leur livraison) et utilisés (après contrôles) en cette période de pénurie.Il est regrettable de constater qu’il n’est pas fait état précis de ces stocks entreposés en mairies ni de leur éventuelle distribution qui serait intervenue depuis l’épidémie de Covid. En mairies il doit nécessairement y avoir traçabilité permettant précisément l’existence de ces stocks et ce qu’ils sont devenus avec preuves à l’appui. La commune d’ Ecully qui a déboursé à l’achat de masques (comme d’autres communes) une somme importante n’est pas exempte de ces questions et constat mais la communication objective et sincère ayant toujours fait défaut, il ne faut pas attendre une réponse….

Avec l’espoir que vous restiez bien à l’abri chez vous en plein respect des consignes gouvernementales, vous pourrez de temps à autre retrouver ce blog d’observations avec les meilleurs souhaits de bonne santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.